DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rugby: la U Arena, enceinte sur mesure pour le Racing face au Munster

Vous lisez:

Rugby: la U Arena, enceinte sur mesure pour le Racing face au Munster

Taille du texte Aa Aa

Voir le printemps en Coupe d’Europe passera obligatoirement pour le Racing 92 par un succès dimanche (16h15) face au Munster, dans une enceinte, la U Arena, qui ne connaît pas l’hiver. Un sérieux avantage, dans un premier temps en tous cas, pour ses occupants.

Pas de pluie, pas de vent, une pelouse synthétique, un toit fermé comme un gymnase, le nouvel écrin du club francilien – conçu par son président, l’homme d’affaires Jacky Lorenzetti, comme un outil de développement économique et sportif – favorise un jeu de vitesse, auquel s’est logiquement converti le Racing.

“On sait qu’on nous reprochait un jeu un peu trop restrictif” les années précédentes, souligne dans un entretien à l’AFP l’ouvreur Rémi Talès. “Depuis le début de la saison, on savait que l’Arena arrivait donc on avait envie de proposer un rugby total”, que “l’on a plus de chances de mettre en place à l’Arena qu’ailleurs car elle permet de jouer très vite”.

“C’est un outil incroyable”, s’enthousiasme-t-il, avant la première rencontre de Coupe d’Europe du club dans le nouvel antre du Racing. “Il n’y a que l’Arena qui existe comme ça. C’est l’hiver. A Paris, il ne fait pas beau et on a la chance de jouer au mois de janvier par 20 degrés, c’est idéal”, ajoute-t-il.

Pour le moment, la U Arena a plutôt réussi en championnat aux Franciliens qui y ont fait carton plein face à Clermont (58-6) et Toulouse (23-19).

L’ailier Teddy Thomas jugeait d’ailleurs que jouer à Nanterre avait plus que contribué à la raclée infligée aux Auvergnats, certes décimés par les blessures.

“Le fait que le stade soit couvert, les conditions climatiques… Si on avait joué à l’extérieur, je pense qu’on aurait pas pu jouer autant à la baballe. On a la chance de jouer dans un stade couvert, c’est à notre avantage, il faut qu’on s’en serve comme une force pour continuer à jouer comme ça”, soulignait-il.

- Le Munster pas inquiet –

“Ce qui est dur pour les adversaires, c’est de passer d’un rugby d’hiver, de combat comme le Brive-Toulon à 100 passes (le week-end dernier) à un rugby de printemps avec du jeu de ballon comme le match contre Clermont à 300 passes”, reconnaît l’entraîneur des avants du Racing, Laurent Travers, qui ne veut lui pas y voir un réel avantage concurrentiel pour ses hommes.

Les Munstermen, leaders de la poule avec 15 points, soit quatre de plus que les Franciliens, ne sont d’ailleurs pas plus inquiets que cela.

“Bien sûr que ce sera un avantage pour eux, car ils ont eu la possibilité de s’y entraîner chaque semaine et d’y jouer”, concède le troisième ligne international irlandais du Munster, CJ Stander.

“Mais nous avons passé un certain temps cette semaine à nous entraîner sur ce type de terrain dans notre centre d’entraînement. Ce n’est pas le même que celui du Racing mais cela signifie que nous ne serons pas trop surpris”, poursuit-il.

Les conditions seront toutefois diamétralement opposées à celles du match aller à Limerick, remporté 14-7 par les Irlandais et où “les conditions atmosphériques avaient nivelé les valeurs. Je n’ai jamais connu ça, du vent et de la pluie durant 80 minutes”, rappelle le troisième ligne du Racing Yannick Nyanga.

Point de crachin irlandais à Nanterre où “on a la possibilité d’avoir le printemps toute l’année”, note Travers. En espérant que cela permette au Racing de faire un grand pas vers le printemps européen et les quarts de finale, contrairement à la saison dernière où il était sorti dès la phase de poules.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.