DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les deux Corées discutent de la présence aux JO d'artistes du Nord

Vous lisez:

Les deux Corées discutent de la présence aux JO d'artistes du Nord

Taille du texte Aa Aa

Des délégués nord et sud-coréens ont entamé lundi matin des discussions sur de possibles prestations d’artistes du Nord en février lors des jeux Olympiques au Sud, auxquels Pyongyang a accepté de participer.

Après des mois d’incertitude, la Corée du Nord a décidé la semaine dernière, lors du premier dialogue officiel intercoréen en plus de deux ans, d’envoyer aux jeux de Pyeongchang (9-25 février), une délégation comptant non seulement des athlètes, mais aussi une équipe de démonstration de Taekwondo, des pom-pom girls ou encore des artistes.

Quatre délégués du Nord et quatre du Sud se sont retrouvés lundi peu après 10H00 (01H00 GMT) dans la partie nord de la “zone commune de sécurité” (JSA) du village frontalier de Panmunjom, seul secteur de la Zone démilitarisée (DMZ) où les deux armées rivales se font face, a annoncé le ministère sud-coréen de l’Unification.

Ces discussions doivent porter sur le groupe d’artistes nord-coréens qui se rendra au Sud pour les JO.

Parmi la délégation nord-coréenne à la réunion de lundi, figure notamment Kwon Hyok-Bong, un haut responsable du ministère nord-coréen de la Culture, et Hyon Song-Wol, figure de proue du plus populaire groupe pop de Corée du Nord, Moranbong, qui est entièrement féminin.

Cette formation créée en 2012 compte dix membres, qui seraient toutes choisies par le leader nord-coréen Kim Jong-Un.

Ce groupe a bouleversé la scène musicale d’ordinaire figée de Corée du Nord avec ses interprétations de succès occidentaux comme “My Way” (le “Comme d’habitude” de Claude François, en version française) et la chanson-titre du film “Rocky”, joués sur des violons électriques.

Mais son répertoire compte aussi nombre de chansons patriotiques comme “L’Anniversaire de Maman”, qui parle du Parti des travailleurs au pouvoir, ou “Nous l’appelons Père“, une ode à M. Kim, qui pourraient, s’ils étaient joués au Sud, enfreindre les lois sur la sécurité nationale qui prohibent toute éloge du Nord.

Moranbong avait fait les gros titres fin 2015 en annulant un concert à Pékin en raison d’un différend sur la projection prévue lors de la prestation d’images de missiles nord-coréens.

Le quotidien sud-coréen Chosun Ilbo avait rapporté que le groupe avait préféré rentrer en Corée du Nord plutôt que de se plier aux pressions des autorités chinoises qui s‘étaient offusquées de ces images belliqueuses.

La délégation sud-coréenne compte notamment lundi de hauts responsables de l’Orchestre symphonique coréen, ce qui laisse penser que des artistes du Nord et du Sud pourraient se produire ensemble.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.