DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Open d'Australie: rémunération des joueurs: Djokovic juge "exagérés" les articles de presse

Vous lisez:

Open d'Australie: rémunération des joueurs: Djokovic juge "exagérés" les articles de presse

Taille du texte Aa Aa

Novak Djokovic a jugé “exagérés” mardi les articles de presse selon lesquels il aurait appelé à la création d’un syndicat afin d’améliorer la rémunération des joueurs lors d’une réunion tenue avant l’Open d’Australie.

“J’ai vu que certains d’entre vous ont écrit des histoires un peu exagérées. Vous avez mis les choses hors de leur contexte. J’ai été dépeint comme quelqu’un d’avide, qui demande plus d’argent et souhaite un boycott”, a déclaré le Serbe aux journalistes après sa victoire au premier tour contre l’Américain Donald Young.

“Peu de choses que vous avez écrites sont vraies. Ce qui s’est passé, c’est que nous, les joueurs, nous voulions discuter de certains sujets. Je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit de mal à cela. Aucune décision n’a été prise. Personne n’a parlé de boycott ou de choses dans ce genre”, a ajouté le sextuple vainqueur à Melbourne.

Djokovic n’a pas voulu détailler le contenu de ces discussions auxquelles une centaine de joueurs ont assisté. Il a assuré qu’aucun avocat n‘était présent à ses côtés lorsqu’il a pris la parole et a rendu hommage aux organisateurs de l’Open.

“Tout le monde essaie de faire de son mieux. Ici à l’Open d’Australie, ils essaient toujours de dédommager les joueurs au mieux. Craig Tiley (le directeur du tournoi) essaie de faire en sorte que les joueurs se sentent chez eux, soient respectés et valorisés”, a-t-il dit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.