DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Patinage: James/Ciprès, l'or à portée de patins

Vous lisez:

Patinage: James/Ciprès, l'or à portée de patins

Taille du texte Aa Aa

Vanessa James et Morgan Ciprès ont fait un grand pas vers l’or en dominant le programme court des Championnats d’Europe de patinage artistique, mercredi à Moscou.

A trois semaines des JO-2018 (9-25 février), coiffer la couronne européenne ferait grandir les espoirs de médaille olympique du couple français, monté sur son premier podium international il y a un an seulement (bronze européen).

Certes, les Allemands Aljona Savchenko et Bruno Massot, la paire en forme du début d’hiver, ont préféré faire l’impasse sur le rendez-vous européen pour se concentrer sur l‘échéance sud-coréenne. Et la concurrence internationale, venue de Chine ou encore du Canada, sera rude dans la catégorie à Pyeongchang.

Mais dominer deux couples russes qui sont des concurrents directs dans la lutte pour le podium olympique, qui plus est sur la glace moscovite, serait loin d‘être anodin.

“Ce serait un gros plus par rapport aux jeux Olympiques, c’est sûr”, a reconnu Ciprès.

Sur le programme court, il n’y a pas eu photo.

Au son de “Make it rain”, James et Ciprès, robe bleu électrique et costume noir, ont réalisé un programme sans faute récompensé par leur meilleur score de la saison (75,52).

Ce n‘était pas gagné d’avance quand on sait que James s‘était blessée à l‘épaule mi-décembre, le couple étrennait de nouveaux patins et qu’ils patinaient entourés de trois paires russes.

“C’est une surprise, c’est sûr. Je suis très fière. C‘était un peu hésitant, d’habitude on patine de manière un peu plus fluide, plus libérée, plus rapide, mais c‘était clean, les éléments étaient là. On a fait ce qu’il fallait faire”, s’est félicitée James.

“Pour une fois, on est en première position aux Championnats d’Europe et c’est vraiment cool !”, s’est-elle exclamée dans un grand sourire.

- Fernandez en habitué –

Juste avant les Français, les tenants du titre européen, Evgenia Tarasova et Vladimir Morozov, devenus friables cet hiver, n’ont pu éviter deux erreurs majeures. Ils ne figurent qu’au cinquième rang (70,37). Juste après, Ksenia Stolbova et Fedor Klimov, vice-champions olympiques 2014, ont eux aussi été pénalisés par une chute. Ils se classent troisièmes, à plus de trois points de la tête (72,05).

C’est finalement le troisième couple russe, le moins attendu, formé par Natalia Zabiiako et Alexander Enbert, qui s’est le plus rapproché du duo français (72,95).

Lui est un habitué de la plus haute marche des podiums. Javier Fernandez file vers un sixième sacre continental consécutif : avec un total de 103,82 points au bout d’un programme court patiné sur la musique des “Temps modernes” de Charlie Chaplin, l’Espagnol devance de plus de dix points le Russe Dmitri Aliev (91,33). Le Letton Deniss Vasiljevs (85,11) complète le podium provisoire.

Seul l’Autrichien Karl Schäfer, couronné huit ans d’affilée entre 1929 et 1936, a signé une série plus longue que celle vers laquelle se dirige le patineur espagnol.

“Ce que je recherchais, ce n‘était pas la perfection, mais un bon entraînement avant les jeux Olympiques. Je suis très satisfait. Il y a eu quelques petites erreurs mais rien de majeur”, a estimé le double champion du monde (2015 et 2016).

Attendu comme le principal rival de Fernandez, le Russe Mikhail Kolyada (22 ans) a sombré, à l’image de sa combinaison de sauts avortée. Il pointe en quatrième position (83,41), très loin de son meilleur score (103,13), réalisé cet hiver.

“Je ne sais pas ce qui s’est passé. Je ne m’attendais pas à ça”, a déclaré Kolyada, qui n’a pu échapper à un “regard noir” de son entraîneur à sa sortie de la glace.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.