DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dopage: enquête sur Henri Schoeman, médaillé de bronze de triathlon de Rio-2016

Vous lisez:

Dopage: enquête sur Henri Schoeman, médaillé de bronze de triathlon de Rio-2016

Taille du texte Aa Aa

La Fédération internationale de triathlon (ITU) a annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête sur le cas de dopage présumé d’Henri Schoeman, médaillé de bronze lors des jeux Olympiques de Rio-2016, où il aurait subi un contrôle antidopage positif révélé par le groupe de pirates informatiques Fancy Bears.

“L’ITU a été informée des allégations impliquant un contrôle positif d’Henri Schoeman pendant les JO de Rio-2016”, indique la fédération dans un communiqué. “Elle a immédiatement lancé une enquête, en pleine coopération avec l’athlète”.

Un peu plus tôt, le groupe de hackers des Fancy Bears avait relayé le procès-verbal d’un contrôle positif à la prednisolone, un glucocorticoïde interdit, du jeune Sud-Africain de 26 ans. Selon le groupe de pirates informatiques, ce PV serait issu des courriels internes du Comité international olympique (CIO) piratés et diffusés depuis septembre 2016.

C’est le CIO, rappelle l’ITU, qui “était responsable du programme antidopage des Jeux de Rio” (comme de tous les JO, ndlr).

Le groupe russe d’espionnage informatique Tsar Team (APT28), également connu sous le nom de “Fancy Bears”, est à l’origine du piratage de la base de données du CIO et de l’agence mondiale antidopage (AMA), qui a conduit à la divulgation, en plusieurs vagues fin 2016, d’informations médicales confidentielles concernant plus d’une centaine d’athlètes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.