DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: grandes manifestations en territoires kurdes contre Ankara

Vous lisez:

Syrie: grandes manifestations en territoires kurdes contre Ankara

Taille du texte Aa Aa

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté jeudi dans les territoires kurdes du nord de la Syrie, dénonçant les menaces du voisin turc de lancer une offensive contre des bastions de la communauté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé lundi que l’armée turque était “prête” à lancer une opération “à tout moment” contre des villes du nord syrien contrôlées par des forces kurdes, notamment Afrine, située non loin de la frontière avec la Turquie.

Estimés à 15% de la population syrienne, longtemps opprimés sous le régime de Damas, les Kurdes ont profité de la guerre déclenchée en 2011 pour établir une autonomie de facto dans les territoires qu’ils contrôlent, dans le nord et nord-est syrien.

La Turquie craint de voir sa propre communauté kurde développer des ambitions similaires, et considère comme “terroristes” les Unités de protection du peuple kurde (YPG), principale milice kurde en Syrie.

Plusieurs milliers de personnes se sont ainsi rassemblées jeudi dans la ville Jawadiyé, dans la province de Hassaké (nord-est), a constaté un correspondant de l’AFP.

“Nous sommes unis et nous voulons soutenir notre peuple à Afrine”, a confié Abdallah Khaled, un manifestant de 40 ans.

“A bas, à bas Erdogan”, “Avec notre âme, avec notre sang, nous sommes avec toi Afrine”, ont scandé les manifestants, brandissant des drapeaux kurdes, des drapeaux des YPG, ou encore des portraits d’Abdullah Öcalan, chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), emprisonné depuis 1999 en Turquie.

“Nous condamnons les attaques de l’Etat turc contre notre peuple à Afrine”, pouvait-on lire sur des pancartes en arabe et en kurde.

Plusieurs rassemblements similaires ont eu lieu dans les territoires contrôlés par les Kurdes, notamment à Afrine où selon les organisateurs des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues malgré la pluie.

Ankara a haussé le ton ces derniers jours contre la communauté, qui doit jouer un rôle important dans un projet de force frontalière parrainé par la coalition internationale antijihadistes et dévoilé dimanche.

Ankara, qui craint que les YPG ne s’implantent durablement aux portes de la Turquie, s’est immédiatement opposée à une telle force.

Mardi, M. Erdogan a promis d’en finir avec les “nids de terroristes” dans le nord de la Syrie. Il a averti qu’une opération à Afrine pourrait avoir lieu “demain, le jour suivant ou d’ici peu de temps”.

Les Etats-Unis ont tenté mercredi de rassurer la Turquie sur cette force, en soulignant qu’elle n‘était “pas une nouvelle armée ou une force conventionnelle de +garde-frontières”.

Et Damas a prévenu jeudi Ankara que l’armée syrienne était prête à détruire les avions turcs qui interviendraient en Syrie.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.