DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Plus de 32.000 Yéménites déplacés par les violences en deux mois

Vous lisez:

Plus de 32.000 Yéménites déplacés par les violences en deux mois

Taille du texte Aa Aa

L’intensification des combats au Yémen a entraîné le déplacement de plus de 32.000 personnes ces deux derniers mois, a déclaré le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Ces personnes s’ajoutent à quelque deux millions d’autres Yéménites qui avaient déjà été déplacés par la guerre, a ajouté jeudi dans un communiqué l’agence de l’ONU.

“Le début de l’hiver au Yémen, avec des températures qui peuvent descendre en dessous de zéro dans plusieurs régions, a intensifié les difficultés pour de nombreuses personnes, en particulier celles qui sont déplacées et vivent dans des installations informelles (…), mal protégées du froid”.

Shabia Mantoo, porte-parole de l’organisation au Yémen, a indiqué vendredi sur Twitter que ces déplacements avaient été causés par une résurgence des combats dans la capitale Sanaa, contrôlée par les rebelles Houthis, et les provinces de Hodeida, sur la mer Rouge, et Chabwa, dans le sud du pays.

“Nous continuons de voir des corrélations entre l’intensification des hostilités et les victimes civiles ainsi que les déplacements”, a-t-elle ajouté.

La guerre au Yémen oppose des forces gouvernementales aux rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, qui ont conquis de vastes territoires, dont la capitale Sanaa en septembre 2014.

En mars 2015, une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue dans le pays pour soutenir les forces gouvernementales yéménites.

Plus de 9.200 personnes ont été tuées et près de 53.000 blessées, dont de nombreux civils, depuis cette intervention, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La coalition arabe a intensifié en décembre sa campagne aérienne contre les rebelles autour de Sanaa et sur la côte, dans l’ouest du pays, après l’interception par les forces saoudiennes d’un missile tiré par les rebelles vers la capitale Ryad.

Sur le terrain, les forces de la coalition et les troupes gouvernementales yéménites tentent de reprendre le port de Hodeida —aux mains des rebelles—, une entrée clé pour l’acheminement de l’aide humanitaire.

Mais elles font face à une forte résistance de la part des rebelles qui contrôlent toujours, outre Sanaa, une grande partie du nord du pays.

“Ces dernières violences ont encore aggravé la pire crise humanitaire du monde, avec plus de 22 millions de personnes qui dépendent de l’aide, soit les trois quarts de la population” du Yémen, souligne le HCR.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.