DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: la région d'Afrine, laboratoire de l'administration kurde autonome

Vous lisez:

Syrie: la région d'Afrine, laboratoire de l'administration kurde autonome

Taille du texte Aa Aa

La région syrienne d’Afrine, sous le coup d’une offensive menée par la Turquie, a longtemps été réputée pour ses oliveraies et a été la première zone où les Kurdes de Syrie ont installé une administration autonome en 2012.

L’armée turque a lancé samedi une offensive terrestre et aérienne contre cette enclave située dans le nord de la Syrie et contrôlée par une milice kurde considérée comme une organisation terroriste par Ankara.

- Une enclave assiégée –

La région d’Afrine est située dans le nord-ouest de la province d’Alep. Elle est bordée par la Turquie à l’ouest et au nord, et par des régions contrôlées par des rebelles syriens pro-Ankara au sud et à l’est.

L’unique voie vers le monde extérieur est une route menant à Alep, la deuxième cité de Syrie, à 60 km de la ville d’Afrine.

“C’est la seule porte de sortie pour la région d’Afrine qui est presque totalement assiégée”, estime Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits l’Homme (OSDH).

“La plupart du temps, cette route est ouverte, mais des combattants des localités de Nebbol et Zahra la ferment dans certaines circonstances”, ajoute-t-il.

La région, à majorité kurde, comprend environ 360 villes et villages.

- Pionnière –

Après le début de la guerre en Syrie en 2011, les Kurdes, concentrés dans le nord du pays, ont en grande majorité adopté une position de “neutralité” envers le pouvoir et la rébellion.

En 2012, après le retrait des forces gouvernementales de la zone, Afrine devient la première région kurde à échapper au contrôle du régime de Bachar al-Assad, et tombe aux mains de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).

Les photos d’Abdullah Öcalan, le chef historique emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée “terroriste” par Ankara, surgissent partout à Afrine.

Les leaders kurdes en Syrie utilisent alors Afrine comme un laboratoire d’administration autonome qui sera ensuite appliquée plus tard à d’autres régions kurdes du pays.

Les habitants commencent à parler la langue kurde, longtemps interdite par le gouvernement syrien, et mettent en place des écoles, des centres culturels et des forces de sécurité.

- Montagneuse et agricole –

Plus d’un million de personnes, dont des milliers de déplacés du le conflit, vivent dans la région montagneuse d’Afrine. Elle était connue dans le passé pour son agriculture, notamment ses oliveraies à flanc de collines.

Sa topographie a permis aux combattants kurdes de consolider leurs positions en creusant des tranchés pour repousser les attaques des rebelles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.