DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Cornet: l'ITF affirme avoir examiné les arguments de la joueuse

Vous lisez:

Affaire Cornet: l'ITF affirme avoir examiné les arguments de la joueuse

Taille du texte Aa Aa

La Fédération internationale de tennis (ITF), qui a ouvert une procédure contre la Française Alizé Cornet pour violation du règlement antidopage, a affirmé jeudi avoir examiné les arguments de la joueuse, contrairement à ce que soutient cette dernière.

Il est reproché à Cornet d’avoir manqué trois contrôles antidopage inopinés. L’intéressée a assuré sur Twitter qu’elle avait présenté “des raisons valables que l’ITF n’a pour l’instant pas voulu entendre”.

Mais l’instance dirigeante du tennis mondial affirme qu’elle a bien examiné les arguments de la joueuse. “Contrairement à ce qu’implique la déclaration de Mlle Cornet, selon laquelle les raisons valables de son indisponibilité n’ont pas été entendues, le processus (des contrôles antidopage) qui inclut le droit à une évaluation indépendante (des arguments des joueurs) a été suivi dans les trois cas”, a déclaré l’ITF dans un communiqué publié en marge de l’Open d’Australie, jeudi à Melbourne.

En conséquence de cette procédure, Cornet, 27 ans, 42e mondial et N.3 française, ne sera pas sélectionnée pour le match du premier tour de la Fed Cup contre la Belgique, les 10 et 11 février à Mouilleron-le-Captif, en Vendée.

Les règles de l’AMA prévoient que les sportifs de haut niveau doivent fournir des lieux et des horaires de disponibilité afin de pouvoir être contrôlés à tout moment de l’année. Au bout de trois manquements, ils s’exposent à une suspension de deux ans, qui peut être réduite à un an en cas de circonstances atténuantes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.