DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bangladesh: le parquet réclame la prison à vie pour la chef de l'opposition

Vous lisez:

Bangladesh: le parquet réclame la prison à vie pour la chef de l'opposition

Taille du texte Aa Aa

Des procureurs ont réclamé jeudi la prison à vie pour la chef de l’opposition au Bangladesh, Khaleda Zia, jugée pour des accusations de corruption.

Mme. Zia, qui a occupé le poste de Première ministre à deux reprises entre 1991 et 2006, et actuelle leader du Parti nationaliste du Bangladesh (Bangladesh Nationalist Party, BNP) pourrait être interdite de se présenter à toute élection nationale cette année si elle est reconnue coupable. Khaleda Zia a dénoncé une affaire politiquement motivée.

Le procès de Mme. Zia et de son fils Tarique Rahman devant une cour spéciale anti-corruption s’est terminé jeudi. Un juge a annoncé qu’un verdict serait rendu le 8 février prochain.

“Nous espérons que tous les accusés de cette affaire seront condamnés à la prison à vie”, a déclaré le procureur principal Mosharraf Hossain Kazal aux journalistes après la plaidoirie finale.

Les procureurs accusent Mme. Zia, son fils ainsi que ses assistants d’avoir détourné quelque 21 millions de Taka (200,000 euros) d’un fonds destiné à un orphelinat.

Les audiences avaient été retardées pendant plusieurs années par de nombreux recours devant des instances supérieures.

Les avocats de Khaleda Zia affirment que les charges retenues contre leur cliente et sa famille, au pouvoir pendant 15 ans, visaient à les écarter de la politique.

“Ce n’est pas une affaire criminelle. C’est une affaire politique”, a déclaré à l’AFP son avocat et ancien ministre de la Justice, Moudud Ahmed.

“Elle sera acquittée. C’est un dossier sans preuves”, a-t-il ajouté.

Khaleda Zia est accusée dans plusieurs dizaines d’affaires pour corruption ou violences. Son fils, exilé à Londres, a été reconnu coupable de blanchiment d’argent en 2016.

Le mois dernier, des procureurs avaient réclamé la peine de mort pour le rôle supposé de M. Rahman dans un attentat à la grenade en 2004 dans lequel l’actuelle Première ministre Sheikh Hasina avait été blessée.

Une condamnation de la leader de 72 ans pourrait entraîner des manifestations de sympathisants de son parti nationaliste et de ses alliés islamistes. Des manifestations avaient fait près de 200 morts lors d‘élections en 2014 et 2015.

La Première ministre Sheikh Hasina a annoncé ce mois-ci qu’une élection générale serait organisée cette année. Le BNP, qui avait boycotté les dernières élections législatives en 2014, permettant la victoire de l’Awami League de l’actuelle Première ministre, rivale de longue date de Mme Zia, devrait prendre part au scrutin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.