DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

no comment

Ariane 5 commence mal l'année

L'année 2018 démarre mal pour Ariane 5 : les deux satellites de télécommunications lancés jeudi n'ont pas été mis sur la bonne orbite, fait très rare pour la fusée européenne, mais ce loupé devrait pouvoir être rattrapé.

Dès vendredi matin, l'opérateur luxembourgeois SES a apporté des nouvelles rassurantes sur son satellite SES-14, qui héberge notamment du matériel scientifique pour le programme d'exploration de la Nasa intitulé GOLD (Global-scale Observation).

SES-14 est "en bonne santé" et devrait pouvoir rejoindre l'orbite visée "dans quelques mois", a annoncé SES. "Nous avons le contrôle sur le satellite, nous pouvons le guider, le gérer", a indiqué à l'AFP un porte-parole de SES.

La propulsion électrique du satellite a été allumée et il est "en route" vers l'orbite géostationnaire visée. Il devrait la rejoindre "avec seulement quatre semaines de retard par rapport à ce qui était prévu" à l'origine (et qui nécessitait de toute façon quelques mois).

SES-14 a été lancé depuis la Guyane française avec un autre satellite de communication Al Yah 3 de l'opérateur Yahsat des Emirats Arabes Unis.

"La mission a rencontré des difficultés pendant la phase de lancement, entraînant l'insertion du satellite Al Yah 3 sur une orbite différente de celle du plan de vol", a déclaré vendredi après-midi Yahsat dans un communiqué.

"Toutefois, le satellite est en bonne santé et fonctionne normalement", a indiqué l'opérateur. "Un plan de vol révisé sera déployé pour lui permettre d'atteindre son orbite opérationnelle et de remplir sa mission", a-t-il ajouté.

La fusée européenne avait décollé jeudi à l'heure prévue à 19h20 locales, du Centre spatial guyanais à Kourou, emportant ces deux satellites. Mais un peu plus de 9 minutes après le décollage, il y a eu eu une perte de contact avec Ariane 5.

"Les premières investigations montrent que cette situation résulte d'une déviation de la trajectoire", indique Arianespace, société de service de lancement, dans un communiqué.

"A la fin de la mission, le lanceur a séparé les deux satellites sur une orbite stable. SES et Yahsat ont chacun confirmé l'acquisition de leur satellite. SES-14 et Al Yah 3 fonctionnent de façon nominale" (normale), souligne la société.

Le problème, c'est qu'il ne s'agit pas de la bonne orbite de transfert, comme l'a précisé à l'AFP une source proche du dossier. Les deux satellites n'ont "pas été séparés à l'endroit où ils auraient dû l'être".

Arianespace a annoncé la mise en place d'une commission d'enquête indépendante, en coordination avec l'Agence spatiale européenne (ESA). Elle sera présidée par l'Inspecteur général de l'ESA.

AFP

Plus de No Comment