DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Corée du Sud: des dizaines de morts dans l'incendie d'un hôpital

Vous lisez:

Corée du Sud: des dizaines de morts dans l'incendie d'un hôpital

Taille du texte Aa Aa

Un gigantesque incendie a ravagé vendredi un hôpital de Corée du Sud, faisant au moins 41 morts selon l’agence Yonhap, le pire sinistre qu’ait connu le pays depuis plus d’une décennie.

Plus de 80 personnes ont également été blessées dans la catastrophe qui survient à quelques semaines de la venue dans le pays de milliers d’athlètes et de visiteurs étrangers à l’occasion des jeux Olympiques d’hiver.

Sur des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on pouvait voir un patient accroché à une corde lancée par un hélicoptère au-dessus de l’hôpital situé à Miryang, dans le sud-est du pays. Un autre passait par une fenêtre pour atteindre une échelle.

Le bâtiment de six étages abritait une maison de repos pour personnes âgées en plus de l’hôpital.

Le bilan des morts n’a cessé de grimper tout au long de la matinée alors que succombaient les blessés extirpés du bâtiment en flammes. A la mi-journée, il s‘élevait à 41 morts, d’après Yonhap, qui cite des pompiers présents sur les lieux.

“Deux infirmières ont raconté qu’elles avaient vu l’incendie se déclarer soudainement dans la salle des urgences”, a expliqué le chef des pompiers Choi Man-Woo.

Les origines du sinistre n‘étaient pas connues dans l’immédiat.

Tous les patients ont été évacués, a-t-il ajouté. L‘évacuation de 15 patients hospitalisés dans l’unité des soins intensifs au troisième étage a pris davantage de temps car les secours ont dû opérer sous supervision médicale.

- Regrets –

Toutes les victimes se trouvaient dans l’hôpital, a-t-il également déclaré.

“De nombreuses victimes se trouvaient aux premier et deuxième étages de l’hôpital (…). “Certaines sont décédées pendant leur transport vers un autre hôpital”.

Sur des images vidéo et des photographies, on pouvait voir l‘établissement englouti par d‘épais nuages de fumée grise. De nombreux véhicules de pompiers étaient sur les lieux.

Les survivants étaient enveloppés dans des couvertures. Une fois l’incendie éteint, les pompiers ont commencé à fouiller les décombres noircis du bâtiment.

Environ 200 personnes se trouvaient dans l’immeuble abritant l’hôpital Sejong lorsque l’incendie a éclaté, selon la police.

Le président sud-coréen Moon Jae-In a exprimé ses regrets lors d’une réunion d’urgence avec ses conseillers destinée à déterminer les mesures à prendre, selon son porte-parole.

Il a appelé les enquêteurs à identifier rapidement les causes du drame pour “éviter la confusion au sein des familles”, a ajouté Park Soo-Hyun.

Ce sinistre survient un mois après un incendie dans un club de gymnastique dans la ville de Jecheon, dans lequel 29 personnes avaient trouvé la mort.

La catastrophe avait été imputée au manque de sorties de secours, à des matériaux de finition inflammables et à des voitures stationnées illégalement qui bloquaient l’accès aux véhicules des pompiers.

L’incendie de l’hôpital est le pire en Corée du Sud depuis plus d’une décennie. En 2003, un incendie volontaire perpétré dans une station de métro à Daegu, dans le sud-est du pays, avait fait 192 morts et près de 150 blessés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.