DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Navalny défie une nouvelle fois Poutine en appelant ses partisans à manifester

L'opposant n°1 à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, a appelé ses partisans à manifester dans toute la Russie, de Vladivostok à Saint-Pétersbourg et Moscou, dimanche 28 janvier 2018, pour dénoncer l'interdiction qui lui est faite de participer à l'élection présidentielle de mars.

Vous lisez:

Navalny défie une nouvelle fois Poutine en appelant ses partisans à manifester

Taille du texte Aa Aa

"Si vous ne montrez pas votre désaccord, la Russie ne connaîtra jamais d'élections normales." Quelques centaines de partisans de l'opposant numéro un au président Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, à qui la justice a interdit de se présenter à l'élection présidentielle du 18 mars 2018, ont suivi dimanche 28 janvier le mot d'ordre de leur favori, en se rassemblant à Vladivostok, à l'extrême est de la Russie.

Point of view

"Si vous ne montrez pas votre désaccord, la Russie ne connaîtra jamais d'élections normales."

Alexeï Navalny Opposant à Vladimir Poutine

"On ne nous a pas laissé le choix, commente ce manifestant. En tant que citoyen de la Fédération de Russie, il est de mon devoir civique de faire connaître ma position, de dire que je ne suis pas d'accord." "Je suis venu ici pour la même raison que tous les autres : ils nous ont volé cette élection, ils nous ont volé nos votes, poursuit cet autre. Notre candidat n'est pas autorisé à concourir."

Dimanche matin, à Moscou, la police a forcé l'entrée des bureaux de Navalny, en utilisant une meuleuse. Elle y a interrompu la retransmission en direct des manifestations dans l'est du pays et a arrêté des employés de l'ONG anti-corruption créée par l'opposant.

La mairie de Moscou n'a pas autorisé la manifestation programmée dimanche après-midi dans la capitale russe. Ce qui n'a pas conduit Navalny à lever son mot d'ordre contre un scrutin qui, pour lui, est une "duperie". Alors qu'il se rendait à la manifestation, il a été arrêté par la police.