DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Open d'Australie: Cilic n'a pas apprécié de jouer en indoor

Vous lisez:

Open d'Australie: Cilic n'a pas apprécié de jouer en indoor

Taille du texte Aa Aa

Le Croate Marin Cilic n’a pas caché qu’il n’avait pas apprécié de jouer dans les conditions de l’indoor, sous le toit fermé de la Rod Laver Arena, sa finale de l’Open d’Australie perdue en cinq sets contre Roger Federer, dimanche à Melbourne.

“C‘était dur de jouer pour la première fois en indoor après s‘être préparé pour jouer dans la chaleur. La décision aurait pu être différente. C‘était difficile de s’adapter au début. C‘était beaucoup plus frais que ce à quoi je m’attendais. La différence était très grande entre les 38 degrés de l’extérieur et les 23 ou 24 de l’intérieur”, a-t-il dit.

Prié de dire si les conditions avaient avantagé Federer, il a répondu: “Je vois seulement ce qui s’est passé de mon côté. Je n’avais pas été dans ces conditions-là auparavant et j’ai mal démarré en perdant deux fois mon service”.

Cilic n’a pas voulu contester la décision des organisateurs avant la rencontre. “Je ne voulais avoir aucune pensée négative et je voulais seulement me concentrer sur le match. J’avais peu de chance de faire changer la décision et ça ne pouvait que me faire perdre de l‘énergie”, a-t-il expliqué.

Il faisait 38°C vers 19h30 (08h30 GMT), quelques minutes avant le début de la rencontre et les organisateurs ont choisi de déclencher la “heat rule”. Ce “règlement sur la chaleur” prévoit la fermeture du toit en fonction de la température, de l’humidité et de la vitesse du vent. Il n’avait pas été utilisé à la fin de la semaine dernière lorsqu’il avait fait jusqu‘à 42°C dans la journée à Melbourne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.