DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tournoi: Sexton crucifie la France, départ canon des Gallois

Vous lisez:

Tournoi: Sexton crucifie la France, départ canon des Gallois

Taille du texte Aa Aa

L’Irlandais Jonathan Sexton a infligé à la France un 7e match sans victoire avec un drop à mi-terrain à la dernière seconde (15-13) et le Pays de Galles a écrasé l’Ecosse (34-7) samedi en ouverture du Tournoi des six nations.

Les Gallois, grâce à leur victoire bonifiée, prennent la tête du classement (5 points) devant l’Irlande (4), la France (1) et l’Ecosse (0). Le tenant du titre anglais entrera en jeu dimanche en Italie.

Le XV de France, qui n’a plus gagné un match depuis le Tournoi 2017, pensait avoir fait le plus dur pour les débuts du nouveau sélectionneur Jacques Brunel avec un exploit solitaire de l’ailier Teddy Thomas, qui a débordé la défense irlandaise en venant du côté droit (72e).

L’ouvreur Anthony Belleau, qui avait remplacé le néophyte Matthieu Jalibert, sorti sur blessure, a réussi la transformation et les Bleus ont pris les commandes pour la première fois du match (13-12).

Mais le Toulonnais a ensuite raté une pénalité (77e), laissant la France sous la menace irlandaise. Et Sexton, après trois minutes de temps de jeu supplémentaire et 41 phases de jeu, a douché les espoirs français de renouveau avec un drop quasiment à mi-terrain (80e+3).

- Leçon de gallois –

Les Gallois ont fait carton plein contre les Ecossais en remportant leur premier bonus offensif depuis son instauration en 2017.

L‘équipe de Warren Gatland a fait le trou d’entrée en marquant deux essais dans le premier quart d’heure: le premier par le demi de mêlée Gareth Davies (6e), le second par l’arrière Leigh Halfpenny (12e).

Après une demi-heure sans aucun point marqué, l’ancien Toulonnais a accentué l’avance du XV du Poireau par deux pénalités (44e, 49e) avant de signer un doublé (61e). L’ailier Steff Evans, d’un plongeon impeccable en coin, a décroché le bonus (73e).

L’Ecosse a sauvé l’honneur en fin de match avec un essai du centre Peter Horne (79e).

C’est un joli coup pour le sélectionneur Warren Gatland, qui a clamé que son équipe allait gagner la compétition – son dernier succès remonte à 2013 – malgré une hécatombe de blessés (Liam Williams, Jonathan Davies, Dan Biggar, Rhys Webb, Sam Warburton, Taulupe Faletau).

C’est en revanche un sérieux coup d’arrêt pour l’Ecosse, qui avait largement séduit en novembre en passant de peu à côté d’un exploit face à la Nouvelle-Zélande (17-22) avant d‘écraser l’Australie (53-24).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.