DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catalogne : Rajoy demande aux séparatistes de désigner un candidat qui respecte la loi

Vous lisez:

Catalogne : Rajoy demande aux séparatistes de désigner un candidat qui respecte la loi

Taille du texte Aa Aa

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a appelé dimanche les indépendantistes catalans à désigner un candidat qui respecte la loi pour présider leur région en remplacement de Carles Puigdemont, sous le coup d’un mandat d’arrêt en Espagne et installé en Belgique.

Au cours d’un meeting du Parti populaire (PP, droite) à Cordoue, dans le sud de l’Espagne, M. Rajoy a dit espérer que soit “nommé une personne qui voie les choses d’une autre façon et, surtout, qui dise : je suis un dirigeant politique et c’est pourquoi je vais respecter la loi, parce que c’est mon obligation et que c’est ainsi que cela se passe dans les pays démocratiques”.

Carles Puigdemont, le président indépendantiste de la Généralité, le gouvernement autonome de Catalogne, a été destitué en même temps que toute son équipe le 27 octobre par le gouvernement central espagnol, qui a mis la région sous tutelle quelques heures après la proclamation d’une “République catalane” à Barcelone.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt pour rébellion et sédition en Espagne, M. Puigdemont s’est installé à Bruxelles.

Les indépendantistes ayant obtenu la majorité absolue au Parlement catalan aux élections régionales anticipées du 21 décembre, convoquées par Madrid dans l’espoir de mettre fin à la crise, M. Puigdemont comptait retrouver son poste de président en étant investi à distance. Mais la Cour constitutionnelle espagnole a interdit cette procédure.

Prévue pour le 30 janvier, la séance d’investiture du président par le Parlement catalan a été reportée sine die. Des tensions ont fait surface au sein du camp sécessioniste catalan, divisé entre la volonté de maintenir coûte que coûte la candidature de M. Puigdemont et celle de trouver un autre postulant à la présidence pour sortir de la crise.

Ces divergences opposent le groupe parlementaire de M. Puigdemont, Ensemble pour la Catalogne, et le petit parti CUP (Candidature d’unité populaire, extrême gauche indépendantiste) à la Gauche républicaine de Catalogne (ERC).

Les premiers (38 élus) souhaitent rendre le pouvoir à M. Puigdemont tandis qu’ERC (32) privilégie la mise en place d’un gouvernement qui puisse véritablement diriger la Catalogne et la débarrasser de la mise sous tutelle de l’Etat.

Mais officiellement ERC continue à soutenir le chef de file indépendantiste.

Dimanche, une délégation d’ERC a quitté la Catalogne pour Bruxelles afin d‘étudier avec M. Puigdemont le moyen de rendre son investiture “effective”, a déclaré à l’AFP une source de cette formation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.