DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Macron face aux nationalistes corses

Vous lisez:

Macron face aux nationalistes corses

Taille du texte Aa Aa

Emmanuel Macron poursuit sa visite de deux jours Corse, sa toute première en tant que président de la République.

Il a rencontré dans la soirée les dirigeants nationalistes, qui entendent profiter de leurs récents succès électoraux pour faire valoir leurs revendications, à savoir davantage d'autonomie et un vrai statut pour la Corse.

Parmi leurs demandes, figurent notamment la reconnaissance du corse comme langue officielle au côté du français, ou encore l'amnistie des détenus nationalistes en lien avec des affaires terroristes. Mais sur ce point, le président français a déjà opposé une fin de non-recevoir.

Ces dernières décennies, des groupes nationalistes radicaux ont multiplié les attentats. Ils visent des résidences secondaires appartenant à des continentaux et des symboles l'Etat.

Le 6 février 1998, le préfet Claude Erignac est assassiné en pleine rue.

Vingt ans, jour pour jour après les faits, le président français s'est rendu sur les lieux du crime à Ajaccio.

"Le préfet Erignac savait qu'il venait en Corse pour dissiper un climat de confusion et d'incertitude. Vingt ans plus tard, la République doit conserver cette ambition de ménager à la Corse un avenir qui soit à la hauteur de ses espérances, sans transiger avec les requêtes qui la ferait sortir du giron républicain", a notamment déclaré le chef de l’État.

Emmanuel Macron a inauguré une place Claude Erignac, entouré de la veuve du préfet et de ses enfants.

Le chef de l’État doit prononcer ce mercredi à Bastia un discours sur sa vision de l'avenir de l'Île de Beauté.