DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Etats-Unis vont-ils éviter une nouvelle paralysie administrative ?

Vous lisez:

Les Etats-Unis vont-ils éviter une nouvelle paralysie administrative ?

Taille du texte Aa Aa

C'est rare, mais les sénateurs américains, républicains et démocrates ont scellé un accord budgétaire de deux ans et ils sont satisfaits. Il est prévu que les dépenses du gouvernement augmentent de 300 milliards de dollars. Après des mois d'impasse dans les discussions, c'est une vraie percée : dans l'éducation, la santé, la hausse des dépenses serait comparable à celle de la Défense. 

Pour le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell, et son homologue démocrate, Chuck Schumer, cet accord mettrait fin au rythme de financements de court terme qui étaient devenus la norme et empêchaient le gouvernement de planifier à long terme ses dépenses et investissements.

Chuck Schumer estime avoir obtenu une victoire importante pour les portefeuilles non-militaires. Il a énuméré les dizaines de milliards supplémentaires gagnés pour la lutte contre les opiacés, pour la couverture maladie des enfants, pour des investissements dans les infrastructures...

Quant aux républicains, ils confirment la relance des dépenses militaires réclamées par Donald Trump.

Une aide de dizaines de milliards de dollars pour les Etats ravagés par les ouragans et incendies de l'an dernier fait également partie de l'accord. Ainsi que le relèvement du plafond de la dette jusqu'en mars 2019, un sujet explosif, notamment pour les conservateurs.

Mais cet accord doit encore avoir l'aval de tout le sénat et de la chambre des représentants. Et la chef des démocrates Nancy Pelosi a prévenu qu'elle voterait non si un débat sur l'immigration et l'avenir des Dreamers, leur régularisation, n'était pas mis à l'ordre du jour. 

Ces votes doivent intervenir avant jeudi soir à minuit, faute de quoi l'Etat fédéral fermera partiellement vendredi - ce qui serait la seconde fois cette année.

Les deux dossiers -budget et immigration- ont finalement été séparés, alors que les démocrates avaient menacé de mettre l'Etat fédéral à genoux si des centaines de milliers de jeunes sans-papiers n'étaient pas régularisés illico.

Ces jeunes, appelés "Dreamers" (rêveurs), étaient protégés de toute expulsion par le programme Daca, créé par Barack Obama. Le gouvernement a prévenu qu'il ne renouvellerait plus les permis arrivant à expiration au-delà du 5 mars, une décision toutefois suspendue par un juge fédéral, et sur laquelle la Cour suprême a été appelée à trancher.

Pour l'instant, le débat sur l'immigration est seulement prévu au Sénat, la semaine prochaine. Mitch McConnell a promis de permettre à chaque faction de soumettre ses propositions à un vote. Mais rien n'indique qu'une loi accouchera de ce processus ouvert, la barre requise étant de 60 voix sur 100.

L'enjeu pour les Etats-unis est d'éviter un nouveau shutdown de l'administration fédérale avant ce soir, minuit. Le Congrès veut voter six semaines de crédits supplémentaires, jusqu'au 23 mars, afin de donner du temps aux élus de transcrire l'accord budgétaire en proposition de loi si le congrès se met d'accord.