DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fed Cup: "Quoi qu'il arrive, je suis là", assure Mladenovic

Vous lisez:

Fed Cup: "Quoi qu'il arrive, je suis là", assure Mladenovic

Taille du texte Aa Aa

“Quoi qu’il arrive, je suis là”, assure Kristina Mladenovic, satisfaite d’avoir brisé une longue spirale de défaites avant d’affronter la Belgique au premier tour de la Fed Cup, samedi et dimanche à Mouilleron-le-Captif.

La 13e mondiale se présente en leader des Bleues en l’absence de Caroline Garcia qui a de nouveau choisi de faire l’impasse pour se consacrer à sa carrière individuelle.

Q: Après 15 défaites d’affilée, vous avez brisé cette longue série en atteignant la finale du tournoi de Saint-Pétersbourg. Avez-vous douté de vous-même?

R: “Quoi qu’il arrive, je suis là. Tout ce qui est négatif, c’est de l’histoire ancienne. J’ai un début de saison encore meilleur je pense que l’année dernière. On est à peine début février et je peux déjà dire que j’ai ajouté un titre du Grand Chelem à mon palmarès (l’Open d’Australie en double dames) et une nouvelle finale d’un gros tournoi (à Saint-Pétersbourg pour la deuxième fois d’affilée, titrée l’an dernier). Je n’ai jamais vu cela comme un frein ou un obstacle en me disant que cela allait être compliqué. Je suis tout simplement prête pour cet événement. Avec Pauline (Parmentier, titularisée aussi pour les simples), nous sommes capables de gagner cette rencontre.”

Q: Avec vos compétences en simple et en double, vous présentez le profil idéal pour la Fed Cup…

R: “C’est vous qui le dites! C’est ce que je pense aussi mais je ne vais pas me complimenter moi-même. Je suis membre du top 10 en simple (13e actuellement, meilleur classement: 10e) et en double (19e, auparavant 2e). Quand je viens, c’est quelque chose de tout à fait naturel. C’est une fierté de porter le maillot bleu. Je ferai toujours le maximum pour arriver prête pour faire vibrer mon équipe et le public, surtout quand on a la chance de jouer à la maison.”

Q: Que pensez-vous de la N.1 belge Elise Mertens, la joueuse a priori la plus difficile à battre?

R: “Elle joue très bien. Son début de saison a été très bon avec une demi-finale à l’Open d’Australie mais aussi un titre à Hobart. Mais pour moi, il n’y a rien de surprenant. C’est une fille que j’avais affrontée (et battue) l’an passé à Saint-Pétersbourg, chez qui j’avais vu d‘énormes qualités. Ses progrès et son évolution au classement ne me surprennent pas. Mais je vais me concentrer sur moi-même en essayant de jouer mon meilleur tennis.”

Propos recueillis lors d’un point presse

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.