DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2018: le temps d'un match de hockey, un rêve est passé...

Vous lisez:

JO-2018: le temps d'un match de hockey, un rêve est passé...

Taille du texte Aa Aa

“Dans 10 ans nous serons réunies”, lance pleine d’espoir Lee Tae-hwan, une Sud-Coréenne dans les travées de la patinoire olympique de Gangneung samedi. Le match de hockey des deux Corées réunies face à la Suisse, a fait naître de fols espoirs pour certains. Pas forcément pour d’autres.

A-t-on vécu un moment clé de l’histoire des deux Corées? L’avenir le dira. Mais pour certains, ce moment fort annoncé des Jeux de Pyeongchang a tenu toutes ses promesses dans une patinoire de Gangneung muée samedi en un théâtre géopolitique.

“C’est un événement historique. Les deux Corées doivent rester ensemble. La Corée est une. C’est une nation ancienne. Ce moment est important pour notre histoire future”, s’enthousiasme Lee Tae-hwan, employée de la mairie de Séoul. La dernière fois que les deux Corées s‘étaient mêlées pour un évènement sportif remonte à plus de 27 ans lors d’un tournoi de tennis par équipes au Japon… Une longue parenthèse…

Le résultat sportif importait peu. La Corée a d’ailleurs perdu 8-0 face aux Suissesses. L’essentiel était ailleurs.

Car cette partie restera quoi qu’il arrive riche en symboles: la soeur de Kim Jong Un encourageant avec le président sud-coréen l‘équipe de Corée réunifiée pour la première fois sur la glace olympique. Une image, une de plus, d’une détente paradoxalement scellée sur la glace…

- Un début ?-

Si le jeu des hockeyeuses coréennes n’a pas fait d‘étincelles, dans les tribunes la démonstration n’a enregistré aucune fausse note, avec des pom-pom girls nord-coréennes aux encouragements impeccables. Et une tonalité générale s’inscrivant dans ces Jeux d’hiver de la paix.

“Cette partie, c’est quelque chose de fantastique. Nous sommes une race. Ce moment c’est le début de quelque chose d’important”, s’enflamme Chong Choi, un Sud-Coréen d’une quarantaine d’années .

“C’est une super opportunité pour nous parler, pour nous comprendre et communiquer”, lâche-t-il avant de nuancer, mais je ne sais pas si une unification peut se faire si vite”.

Pour autant, tous dans le public n’ont pas manifesté le même enthousiasme. Peu finalement ont agité le drapeau réunifiée pendant la partie. Preuve que le chemin est encore long vers une réunification qui ne fait pas encore l’unanimité au pays du matin calme.

“Nous ne croyons pas que les deux Corées vont se réunir un jour et nous ne voulons pas que ça arrive”, assure Chelsea Byun, une jeune Sud-Coréenne d’une vingtaine d’années. “La majorité des jeunes à qui vous demanderez vous diront la même chose”, assure-t-elle.

Avec sa copine Lisa Joung, elles avaient acheté leurs billets pour le match avant de savoir que les deux Corées allaient jouer ensemble.

“La Corée du Sud progresse économiquement et une réunification freinerait ce progrès. Il serait très difficile de changer les choses en Corée du Nord”, ajoute Chelsea. A l’image de la relation complexe entre les deux Corées, rien ne semble simple. Mais le temps d’un match, un rêve est tout de même passé…

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.