DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tournoi: l'Angleterre écarte le danger gallois

Vous lisez:

Tournoi: l'Angleterre écarte le danger gallois

Taille du texte Aa Aa

L’Angleterre est toujours candidate à un troisième succès consécutif inédit dans le Tournoi des six nations après sa victoire 12-6 samedi contre le pays de Galles, un “challenger” qui est passé tout près de l’exploit à Twickenham.

Le XV de la Rose rejoint avec cette victoire l’Irlande, vainqueur bonifié de l’Italie un peu plus tôt, en tête du classement avec 9 points. Les Gallois, récompensés par un bonus défensif, rétrogradent à la 3e place avec 6 points mais ne peuvent plus, eux, viser le Grand Chelem.

Le XV du Poireau a pourtant rivalisé tout du long sur le terrain fétiche de la meilleure équipe d’Europe. Mais quelques ballons tombés (en-avant de Lee à la 35e, 54e) ou rendus (mauvais lancer en touche à la 48e) sur leurs temps forts leur auront été fatals.

Les hommes de Warren Gatland, qui fêtait son 10e anniversaire à la tête de la sélection, pourront également ruminer l’essai refusé à Gareth Anscombe, remplaçant de dernière minute de Leigh Halfpenny.

A la 23e, l’arrière a ainsi bien suivi l’ailier Steff Evans, servi au pied par Rhys Patchell, et semblé aplatir juste avant Anthony Watson. Mais sans contrôler totalement le ballon, a jugé l’arbitre préposé à la vidéo.

Au rayon des occasions manquées, le produit-phare des Gallois restera ce surnombre (4 contre 1) gâché côté gauche par Scott Williams, qui pensait profiter de la pelouse humide pour glisser jusqu‘à l’en-but, mais s’est retrouvé poussé en touche juste avant par Sam Underhill (62e).

- Maîtrise tactique –

Comme un miroir, l’Angleterre a elle réussi tout ce qu’elle a entrepris lors de premières minutes à sens unique, avant de gérer son avance grâce à une défense intraitable.

Owen Farrell, placé au centre pour laisser l’ouverture à George Ford comme depuis l’arrivée du sélectionneur Eddie Jones début 2016, a frappé d’entrée. Avec une merveille de jeu au pied croisé et rasant pour Jonny May qui l’avait appelé. Premier essai pour l’ailier au bout d’un formidable sprint (5-0, 3e).

Le trois-quarts de Leicester a une nouvelle fois montré son sens du timing à l’issue d’une grosse séquence offensive anglaise, en surgissant pour bénéficier de la passe après contact du deuxième ligne Joe Launchbury, sur une nouvelle bonne inspiration de Farrell (12-0, 20e).

L’Angleterre, portée, outre Farrell, par une charnière Danny Care-Ford qui a récité à la perfection la partition tactique de Jones (jeu au pied de pression et d’occupation), a eu le mérite de concrétiser son temps fort.

Soit la première demi-heure avec 30% du temps passé dans les 22 m adverses, contre 5% pour les Gallois, qui n’ont inscrit que des pénalités sur leurs moments de domination (24e, 77e).

Avec la seconde pénalité en toute fin de match, les Gallois arrachent un bonus défensif synonyme d’espoir pour la suite, si l’Angleterre venait à chuter.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.