DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Lille veut bien terminer une semaine complexe

Vous lisez:

Ligue 1: Lille veut bien terminer une semaine complexe

Taille du texte Aa Aa

Lille, qui a vécu une semaine compliquée hors des terrains avec le début de la guerre judiciaire contre son ancien entraîneur Marcelo Bielsa, espère sortir la tête de l’eau sportivement en ramenant un bon résultat de Nantes, où un match difficile l’attend dimanche (17h00).

“La seule crainte est sportive. Il ne faut avoir aucune inquiétude sur un plan financier concernant une éventuelle rétrogradation la saison prochaine. L’inquiétude, on doit l’avoir sur le plan sportif. On doit se concentrer sur ça car c’est le sportif qui fera que le club sera en Ligue 1 ou pas”, a martelé l’entraîneur lillois Christophe Galtier vendredi.

Pourtant, le Losc joue d’autres matches cruciaux sur d’autres terrains. Lundi, deux jours après une large défaite à domicile (3-0) face au Paris SG en championnat, qui avait plombé encore plus la précaire situation sportive, le Losc avait en effet rendez-vous au Tribunal de commerce de Lille pour une audience face à l’un des avocats du technicien argentin.

Ce dernier, qui conteste son licenciement pour faute grave fin 2017 et réclame 18 millions d’euros au club nordiste, espère que le tribunal de commerce considèrera que le Losc est en cessation de paiement, ce qui entraînerait l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. L’audience a toutefois été renvoyée au 19 février, ce qui donne un peu d’air aux Dogues.

- “Clause parachute” –

Mardi, les avocats des deux parties étaient cette fois attendus devant la commission juridique de la LFP pour examiner le pré-contrat signé entre Bielsa et le Losc en février 2017, cinq mois avant la prise de fonction d’“El Loco”. Selon le camp de l’Argentin, ce document, qui n’avait pas été transmis à la Ligue, comporte une “clause parachute” favorable à l’entraîneur en cas de limogeage.

Après avoir délibéré, la LFP a finalement rendu sa décision vendredi et estime qu’“aucune infraction aux dispositions de la Charte du football professionnel ne doit être retenue à l‘égard du Losc et de Monsieur Marcelo Bielsa”.

Les conseils de l’ancien technicien de l’OM ont accueilli cette nouvelle comme une première “victoire” car ils considèrent que le pré-contrat a été validé par la LFP, tandis que le Losc, qui s’est félicité de ne pas avoir été sanctionné, considère qu’“il n’y a pas lieu de faire dire à cette décision ce qu’elle ne dit pas.”

En attendant l’audience du 19 février puis celle aux prud’hommes le 13 mars, l’urgence pour Lille, rétrogradé en Ligue 2 à titre conservatoire par la DNCG en raison du flou entourant ses finances, est de redresser la situation sportive.

- “Nantes, c’est un exemple” –

Le Losc, classé à la 18e place, synonyme de barrage pour le maintien, aborde donc le déplacement à Nantes sous pression. Toutefois, les Dogues sont invaincus depuis 8 matches à la Beaujoire (4 victoires, 4 nuls), où les Canaris restent sur trois défaites.

“Nantes est un équipe difficile à jouer, difficile à manoeuvrer, qui ne nous fera aucun cadeau. On va devoir mettre beaucoup d’ingrédients pour ramener un résultat positif”, a prévenu Galtier.

Le technicien, qui a bénéficié d’une semaine complète pour préparer le match, a réalisé plusieurs “grosses séances de travail” et a pu intégrer l’attaquant sud-africain Lebo Mothiba, rentré de son prêt à Valenciennes (L2) et seul renfort hivernal du club, qui était interdit de recrutement par la DNCG.

“Nantes, à l’image de son entraîneur, est une équipe pragmatique, efficace, avec une capacité à se projeter vers l’avant, estime Galtier. La réalité du football, c’est gagner des matches. Nantes, c’est un exemple, car ils arrivent à marquer beaucoup de points avec parfois peu d’occasions.” Un exemple à suivre pour le Losc ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.