DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2018: la sortie à la plage des pom-pom girls nord-coréennes gâchée par les médias

Vous lisez:

JO-2018: la sortie à la plage des pom-pom girls nord-coréennes gâchée par les médias

Taille du texte Aa Aa

Elles voulaient voir la mer mais, assaillies par les médias sud-coréens, les pom-pom girls nord-coréennes, qui assurent l’ambiance dans les tribunes des Jeux olympiques de Pyeongchang, ont dû renoncer à leur sortie à la plage mardi.

Depuis leur arrivée en Corée du Sud la semaine dernière pour les JO, les 229 pom-pom girls attirent l’attention des médias et des spectateurs.

Aucun athlète nord-coréen n‘étant engagé dans les épreuves de mardi, elles avaient prévu une journée de repos, entre balade à plage, restaurants en ville et visites touristiques, vêtues de leurs survêtements rouges et bonnets blancs.

Mais à leur arrivée à la plage, elles ont été accueillies par une horde de journalistes et de caméras et contraintes de renoncer à voir la mer. Pressées de questions par les médias, elles ont dû remonter dans leur bus et rebrousser chemin. “On n’a pas pu voir la plage”, a regretté l’une des cheerleaders, visiblement déçue.

Vitrine d’une “diplomatie souriante” de la Corée du Nord, les pom-pom girls, triées sur le volet pour leur plastique avantageuse, créent l‘événement à chacune de leurs sorties. Choyées par le régime, leur venue aux JO constitue un événement diplomatique en soi, l’un des nombreux signes de la détente amorcée entre les deux Corées pour ces Jeux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.