DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: la question des détenus étrangers reste en suspens

Vous lisez:

Syrie: la question des détenus étrangers reste en suspens

Taille du texte Aa Aa

La question des détenus étrangers reste en suspens à l’issue d’une réunion ministérielle de la coalition internationale antijihadiste mardi à Rome, certains pays rechignant à récupérer sur leur sol leurs citoyens ayant combattu dans les rangs du groupe Etat islamique (EI).

Les Forces démocratiques syriennes, la coalition arabo-kurde alliée des Etats-Unis en Syrie, détiennent désormais “des centaines” de ces jihadistes étrangers, a indiqué le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, à l’issue de cette réunion rassemblant les ministres de la Défense de 14 pays.

Les Etats-Unis ne veulent pas que les prisonniers restent en Syrie où la situation n’est pas assez stable pour garantir que ces jihadistes ne puissent reprendre les armes et où les centres de détention des FDS risquent d‘être débordés. Ils souhaitent que chaque combattant étranger soit pris en charge par son pays d’origine.

“Le fond du problème, c’est que nous ne voulons pas qu’ils se retrouvent dans les rues d’Ankara ou Tunis, nous ne voulons pas qu’ils reviennent dans celles de Tunis, Paris ou Bruxelles, … de Kuala Lumpur ou New Delhi, de Kaboul ou Ryad”, a ajouté M. Mattis dans l’avion le conduisant de Rome à Bruxelles, deuxième étape d’une tournée européenne largement consacrée à la lutte antijihadiste.

“C’est un problème international, et il doit être réglé par tous ceux qui sont concernés”, a-t-il ajouté.

Mais plusieurs pays ont refusé de récupérer certains de ces jihadistes, notamment ceux qui sont détenteurs de plusieurs nationalités, comme Alexanda Amon Kotey et El Shafee el-Sheikh, qui faisaient partie d’un quatuor surnommé par leurs otages “les Beatles” en raison de leur accent anglais.

Or Londres ne souhaite pas que ces deux prisonniers, accusés d‘être responsables de la détention et de la décapitation d’environ une vingtaine d’otages, notamment des Occidentaux parmi lesquels le journaliste américain James Foley, décapité en 2012, reviennent sur le sol britannique. Alexanda Kotey, 34 ans, possède les nationalités britannique, ghanéenne et chypriote.

- Emprisonnés à Guantanamo? –

“Ne rien faire n’est pas une option”, a noté M. Mattis. Interrogé sur la possibilité que ces détenus étrangers soient emprisonnés sur la base de Guantanamo, il s’est abstenu de répondre.

La réunion rassemblait les plus gros contributeurs à la coalition antijihadiste menée par les Etats-Unis en Syrie et Irak: France, Italie, Canada, Australie, Turquie, Allemagne, Belgique, Etats-Unis, Norvège, Pays-Bas, Irak, Nouvelle-Zélande, Espagne et Royaume-Uni.

Le chef du Pentagone a aussi évoqué la nécessité de relancer les services publics des zones de l’est de la Syrie dont l’EI a été chassé pour que l’activité puisse reprendre.

Les Etats-Unis craignent que l’EI reprenne pied dans ces zones si la population ne retrouve pas rapidement une vie quotidienne proche de la normale. Ils ne veulent pas attendre les programmes massifs de reconstruction de la Syrie que pourrait permettre une solution diplomatique sous l‘égide de l’ONU.

La coalition arabo-kurde alliée des Etats-Unis se retrouve submergée par les jihadistes faits prisonniers au gré des victoires militaires de la coalition, parmi lesquels plusieurs centaines d‘étrangers qui ont été capturés ou se sont rendus depuis la prise de Raqa.

Outre cette question sensible, les débats ont porté sur la poursuite des combats dans la vallée de l’Euphrate où les derniers jihadistes se sont réfugiés, et sur l’opération militaire turque dans l’enclave frontalière d’Afrine contre les Unités de protection du peuple kurde (YPG), composante kurde des FDS.

La Turquie considère les YPG comme une organisation terroriste alors que les Etats-Unis, qui comptent sur ces combattants kurdes pour éliminer les derniers jihadistes de l’EI, considèrent l’opération turque comme une “distraction” qui éloigne la coalition de son objectif premier: l‘élimination totale de l’EI.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.