DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Accès de fièvre à Gaza, deux Palestiniens tués par des tirs israéliens

Vous lisez:

Accès de fièvre à Gaza, deux Palestiniens tués par des tirs israéliens

Taille du texte Aa Aa

Deux Palestiniens ont été tués dimanche par des tirs israéliens dans la bande de Gaza, lors d’une poussée de fièvre qui a ravivé le spectre d’une confrontation dans l’enclave en proie à une crise aiguë.

Constamment présente dans les esprits israéliens et palestiniens, la vision d’un nouveau choc des armes a été réactivée quand quatre soldats israéliens ont été blessés samedi, dont deux gravement, dans l’explosion d’un engin piégé le long de la barrière israélienne entre Israël et le territoire palestinien.

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l’Egypte et la Méditerranée, et dirigée par le mouvement islamiste palestinien Hamas a été ces dernières 24 heures le théâtre de l’un de ses plus graves accès de tensions depuis la guerre dévastatrice de 2014, la troisième avec Israël en six ans.

En représailles à l’attaque contre les soldats, les jets et les chars de l’armée israélienne ont frappé au total 18 cibles du Hamas, selon l’armée. Deux Palestiniens ont été blessés dans les raids, selon des sources palestiniennes.

Dimanche avant l’aube, deux Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens près de Rafah, ont indiqué les secours palestiniens. L’armée a rapporté avoir procédé à des tirs de semonce en direction d’un groupe qui s’approchait de “manière suspecte” de la barrière de sécurité.

Plus tard, une nouvelle roquette a été tirée de la bande de Gaza contre le sud d’Israël, a indiqué l’armée sans faire état de victime. Le veille, une roquette tirée de Gaza a touché une maison à Sdérot, également dans le sud d’Israël, selon elle.

- ‘Acte héroïque’ –

Les quatre soldats touchés samedi ont été piégés par un engin apparemment dissimulé auprès d’un drapeau qui a attiré leur attention. L’armée pense que des Palestiniens ont tendu ce guet-apens en profitant des manifestations qui ont lieu tous les vendredis près de la barrière.

C’est le coup le plus sévère essuyé par l’armée depuis 2014. Des dizaines de Palestiniens ont été tués lors de manifestations près de la frontière ou dans des frappes israéliennes depuis cette date.

Un groupe nébuleux mais connu, les Comités de résistance populaire, ont revendiqué cet “acte héroïque”, comme la réponse aux agissements israéliens et un “important message” de résistance.

Les Comités, fondés en septembre 2000, sont une organisation armée radicale regroupant des éléments de différents groupes nationalistes comme islamistes, ayant participé à l’enlèvement en 2006 du soldat israélien Gilad Shalit, libéré en 2011.

L’armée a répété tenir le Hamas pour responsable de tout ce qui se passe “dans et sous” la bande de Gaza, une référence aux tunnels souterrains creusés par les Palestiniens pour se soustraire au blocus ou porter la menace militaire en Israël.

- Risque d’explosion –

Israël et le Hamas, bête noire de l’Etat hébreu, ainsi que les groupés armés palestiniens à Gaza observent un cessez-le-feu tendu depuis la guerre de 2014, qui a fait 2.251 morts côté palestinien, en grande majorité des civils, et 74 morts côté israélien, quasiment tous des soldats.

La trêve est régulièrement ébranlée par des actes hostiles, des tirs de roquettes et des ripostes israéliennes, maintenant constamment les deux camps à la merci d’une escalade.

La volatilité est encore accrue par la situation humanitaire et économique dans l’enclave palestinienne et les pressions sur le Hamas. L’envoyé spécial de l’ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, s’inquiète régulièrement du risque d’une nouvelle explosion.

Les mises en garde se multiplient devant la détérioration des conditions dans l’enclave, éprouvée par les guerres, la pauvreté, le chômage, les blocus israélien et égyptien et les pénuries d‘électricité, d’eau et de médicaments.

Un accord de réconciliation conclu en octobre entre mouvements palestiniens avait suscité l’espoir prudent d’une amélioration, mais il a périclité.

L’administration du président américain Donald Trump a annoncé en janvier suspendre des dizaines de millions de dollars d’aide à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, un acteur primordial dans Gaza où plus des deux tiers de la population dépendent de l’aide étrangère.

La menace sociale, l’isolement du Hamas et la concurrence d’autres groupes, y compris salafistes, entretiennent la crainte d’une nouvelle conflagration.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.