DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les scientifiques italiens au secours de l'UE

Vous lisez:

Les scientifiques italiens au secours de l'UE

© Copyright :
REUTERS/Carl Recine
Taille du texte Aa Aa

L'Italie s'apprête à voter et le courant euresceptique a le vent en poupe. Mais pas dans la communauté scientifique. Nous sommes aux Pays-Bas, au Centre européen de technologie spatiale. Ici, des chercheurs issus de 22 Etats membres travaillent ensemble à la conception de satellites. 1 employé sur 5 est d'origine italienne. A leurs yeux l'Europe est une chance plutôt qu'un fardeau.

"Les chercheurs sont moins bien payés en Italie qu'ailleurs", regrette Franco Ongaro, directeur du Centre européen de technologie spatiale. "Du coup notre pays ne parvient pas à la attirer les scientifiques et les chercheurs italiens sont souvent forcés de chercher un job à l'étranger".

L'Europe est au coeur des enjeux de la campagne électorale italienne. Les partis pro-européens s'opposent aux mouvements populistes qui accusent Bruxelles de voler leur souveraineté nationale. Pour cette astrophysicienne, c'est l'Europe qui a permis les plus grandes avancées spatiales.

"Seuls, nous ne serions pas aussi efficaces qu'à 22 pays réunis", affirme Ersila Vaudo, responsable du département diversification. "Si on a pu atterrir sur une comète à 500 millions de kilomètres après un voyage de 10 années, c'est grâce à l'achimie qui opère entre les différents chercheurs à la poursuite d'un objectif commun".

L'Italie dépense moins que la moyenne européenne dans la recherche. Pourtant, la production scientifique de ses chercheurs est parmi les plus élevées d'Europe. Un paradoxe qui pousse les scientifiques à exercer leur expertise dans les pays qui génèrent les plus gros investissments comme la France, le Royaume-Uni ou l'Allemagne. Une façon de faire rayonner le savoir-faire italien et de rendre hommage aux illustres précurseurs de la science en Europe.