DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand toute une ville se met au régime

Vous lisez:

Quand toute une ville se met au régime

Taille du texte Aa Aa

Il y aura sans doute des grincheux ou des réfractaires qui ne joueront pas le jeu. Mais à Narón, dans le nord-ouest de l'Espagne, la municipalité a décidé de s'attaquer frontalement à l'obésité en lançant un défi peu commun aux quelques 40 000 habitants.

Afin d'encourager les personnes obèses ou en surpoids à mener une vie plus saine, la ville a proposé à ses concitoyens de participer à un régime collectif visant à faire perdre 100 000 kg superflus d'ici deux ans. Et bien entendu, Marián Ferreiro, la maire de la commune donnera l'exemple : elle-même s'est engagée à perdre 7kg. Son conseil municipal en fera autant.

Inspiré d'une méthode américaine, le programme repose d'abord sur la promotion d'une alimentation saine. Les habitants ont été invités à s'inscrire dans les centres de santé et seront encouragés à faire de l'exercice. Chaque participant pourra surtout bénéficier d'un suivi médical trimestriel.

Selon Carlos Piñeiro, médecin responsable du projet, il y a urgence à agir : "En dix ans, l'obésité a augmenté de 2 points et le surpoids de 5 points. Cela augmente les risques de maladies chroniques", explique-t-il. "Nous voulons corriger ces facteurs." Six habitants de Narón sur dix seraient désormais en surpoids. Une véritable épidémie : en Galice, l'obésité touche 19,18 % de la population, contre 17,03 % en Espagne, selon l'Institut galicien de statistique.

Le conseil municipal de la commune s'est également engagé à perdre du poids.

Fruits de mer et poissons

Les habitants n'auront pas à chercher très loin les principaux ingrédients de leur nouveau régime alimentaire. La gastronomie traditionnelle de Narón est en effet basée sur les palourdes, le merlu, le turbot, les huîtres et les bernacles... Autant de produits de la mer disponible à foison pour cette commune littorale.

"Les patients vont adopter un régime de l'Atlantique", explique le docteur Piñeiro. Une aubaine aussi pour les restaurants de la région qui se sont joints à l'initiative en intégrant un certain nombre de menus adaptés à leurs menus.

Pour Marián Ferreiro, la maire de Narón, jointe par Euronews, il ne s'agit pas de priver les habitants de nourriture, mais d'apprendre à chacun à regarder les étiquettes des produits qu'il achète et à cuisiner plus sainement.

Les enfants en première ligne
Mais ce sont surtout les jeunes générations qui seront les plus sollicitées. Les plus jeunes recevront un enseignement adapté et étudieront les causes qui mènent à l'obésité. Ils seront également encouragés à faire davantage de sport et à se rendre à l'école...sans voiture. Six cents enfants joue déjà le jeu. "À l'avenir, nous espérons atteindre 4 000 enfants", précise le docteur Piñeiro.

Mais les séniors n'ont pas été oubliés. Un groupe de septuagénaires participe déjà activement au programme. Au menu : gymnastique, danse thérapeutique, marche et natation. Les premiers résultats sont très encourageants puisque le nombre d'admissions à l'hôpital aurait été réduit de 38 %. "Si le programme continue d'accroître la participation, nous économiserons 1,8 million d'euros par an" en frais médicaux, souligne le médecin.

L'aspect fondamental du régime de Narón repose enfin sur une forte implication de tous les acteurs de la commune : des élus, aux médecins en passant par les enseignants et associations. "C'est une saine compétitivité pour améliorer la qualité de vie", conclut le docteur Piñeiro.