DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2018: Ledecka passe des skis au snowboard pour entrer dans l'histoire

Vous lisez:

JO-2018: Ledecka passe des skis au snowboard pour entrer dans l'histoire

Taille du texte Aa Aa

Elle était la première athlète de l’histoire des JO à s’aligner à la fois en ski alpin et en snowboard et c‘était un exploit. La Tchèque Ester Ledecka peut désormais entrer dans la légende de l’olympisme si elle ajoute à sa médaille d’or du super-G celle du snowboard alpin, qu’elle abordera en immense favorite à partir de jeudi.

La sensation est venue samedi. Tout le monde pensait que l’Autrichienne Anna Veith était championne olympique du super-G et la grande chaîne américaine NBC avait même déjà rendu l’antenne.

Mais pour un centième de seconde, avec son dossard 26, c’est bien Ledecka, nettement plus connue des amateurs de snowboard que des suiveurs de la Coupe du monde de ski, qui a raflé l’or olympique.

Au fond, même elle n’en est pas revenue. “Jusqu‘à aujourd’hui, je pensais que j‘étais meilleure en snowboard”, a-t-elle reconnu après la course. Car si elle s’impose à nouveau sur sa planche lors du géant parallèle, il n’y aura cette fois pas de surprise.

“Chez les snowboardeuses, elle est complètement au-dessus du lot. Elle a pris six départs cet hiver et elle en a gagné cinq. Le seul qu’elle n’a pas gagné c’est du slalom. En snowboard c’est un monstre”, témoigne le Français Sylvain Dufour, qui disputera lui aussi à partir de jeudi les qualifications du géant parallèle.

“J’ai été surpris comme tout le monde, même si je savais qu’elle était forte. C’est une machine, une machine d’entraînement, une machine physique. Mais de là à miser sur une médaille, j’aurais misé sur le snowboard, bien sûr, où elle déchire tout depuis quelques années”, ajoute-t-il.

“Ce qu’elle a fait en alpin, c’est tout simplement énorme. C’est un exploit exceptionnel. Les filles en ski s’entraînent toute l’année, en snowboard elles s’entraînent toute l’année aussi et elle, elle arrive à faire deux choses différentes. Ca paraît complètement fou”, juge encore le Vosgien.

- Rock-star et hockeyeur –

Fou mais pas complètement inexplicable non plus, car selon Dufour, “il y a des similitudes et des passerelles” entre les deux disciplines pratiquées par la Tchèque.

Tomas Bank, son coach de ski, explique ainsi que “le snowboard lui donne beaucoup d‘équilibre et de toucher”.

“Et le ski l’aide en snowboard parce que ça va plus vite. En snow elle doit avoir l’impression d‘être au ralenti et ses adversaires n’ont jamais été aussi rapides qu’elle a pu l‘être sur les skis”, ajoute-t-il.

Sylvain Dufour confirme que pour les snowboarders alpins, le ski, au moins le géant et le super-G, peut être “une mine d’or d’informations”.

“On reste des gens qui tournent autour de piquets, même si eux sont dans l’axe alors que je suis un peu de travers. Le géant et le snowboard alpin sont presque plus proches que le snowboard alpin et le snowboardcross par exemple”, assure-t-il.

“Ils ont deux carres, donc plus de puissance et plus de vitesse. Il nous faut un peu moins de pente, parce qu’on est un peu plus un sport d‘équilibristes. On joue plus avec notre centre de gravité. Mais on regarde leur placement parce que le placement du bassin peut être plus ou moins reporté en snowboard alpin”, explique-t-il.

Pour Ledecka, les questions techniques sont assimilées. Reste à savoir si elle aura digéré son succès de samedi et les attentes énormes qui l’accompagnent désormais.

Si c’est le cas et qu’elle s’impose comme prévu samedi en finale, elle deviendra l’une des plus grandes championnes des Jeux d’hiver. Et dépassera peut-être en notoriété deux membres illustres de sa famille, son père, rock-star très célèbre en République tchèque, et son grand-père Jan Klapac, champion du monde et double médaillé olympique en hockey sur glace. Mais pas en or.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.