DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue des champions: le mur De Gea préserve Manchester United à Séville

Vous lisez:

Ligue des champions: le mur De Gea préserve Manchester United à Séville

Taille du texte Aa Aa

Auteur de plusieurs parades spectaculaires, le gardien espagnol David de Gea a permis à Manchester United d’obtenir un nul heureux (0-0) à Séville mercredi en huitièmes aller de Ligue des champions et de renvoyer les débats au match retour à Old Trafford.

Dans un match âpre, intense et fermé au stade Sanchez-Pizjuan, les Sévillans ont largement dominé au nombre d’occasions mais De Gea s’est montré infranchissable pour son grand retour sur le sol espagnol.

“De Gea a fait un match fabuleux”, a pesté l’entraîneur italien de Séville Vincenzo Montella. “J’espérais un ou deux buts, l‘équipe s’est créé beaucoup d’occasions et nous sommes un peu déçus à ce niveau-là.”

Bref, rien n’est joué dans ce choc entre les deux derniers vainqueurs de l’Europa League.

Séville aura la satisfaction de n’avoir pas encaissé de but à domicile mais l‘équipe de Montella peut se mordre les doigts de n’avoir pas transformé au moins l’une de ses 25 opportunités.

Quant aux joueurs de José Mourinho, ils ont su faire le dos rond à défaut d‘être créatifs. Et ils auraient pu réussir le hold-up parfait en fin de rencontre grâce à Marcus Rashford (86e, 88e).

“Je pense que le score reflète ce qu’a été le match. Si vous me demandez si c’est un bon résultat, je réponds que c’est ni bon ni mauvais”, a esquivé Mourinho.

- De Gea s’est régalé –

La qualification se jouera donc le 13 mars à Old Trafford, avec en jeu un premier quart de C1 depuis 2014 pour les “Red Devils”, ou un premier quart depuis… 1958 pour les Sévillans, qui ont buté trois fois sur les huitièmes depuis 2008.

Au stade Sanchez-Pizjuan, la rencontre a été hachée par les fautes et les chocs. D’ailleurs, le jeu a été arrêté après seulement quinze minutes en raison de la sortie du milieu mancunien Ander Herrera, victime d’un blessure à une cuisse en tentant une talonnade (15e).

C’est ce qui a permis à Paul Pogba de faire son entrée (17e) sur la pelouse alors qu’il avait été laissé sur le banc au coup d’envoi, symbole du refroidissement de ses relations avec Mourinho.

Si Pogba a eu quelques éclairs de talent, comme ce coup du sombrero sur son compatriote Nzonzi (50e), il a montré du bon et du moins bon. Et il n’a clairement pas été ce joueur décisif que “ManU” attendait en versant 105 M EUR à l‘été 2016.

Car pour le reste, c’est Séville qui a pris l’ascendant au fil de la rencontre, posant problème à United par sa vitesse et ses projections rapides.

A ce jeu-là, David de Gea s’est régalé. Le gardien de l‘équipe d’Espagne a capté une frappe écrasée de Joaquin Correa (42e), sorti une première claquette sur un ciseau de Gabriel Mercado prolongé de la tête par Nzonzi (45e), puis une seconde claquette, incroyable de réflexe, sur une tête à bout portant de Luis Muriel (45e+1). Le tout sous les yeux du sélectionneur espagnol Julen Lopetegui, qui a dû apprécier le spectacle…

En fin de match, Mourinho a fait entrer Anthony Martial et Marcus Rashford pour tenter de surprendre les Andalous mais le but de Romelu Lukaku (83e) a été logiquement annulé pour une main. Et à l’autre bout du terrain, l’arbitre n’a pas signalé penalty sur une chute peu évidente de Jesus Navas devant Pogba (86e), renvoyant les deux équipes dos à dos, avec tout à décider au match retour.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.