DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

UE: Martin Selmayr, "monstre" de Juncker, s'installe à la Commission

Vous lisez:

UE: Martin Selmayr, "monstre" de Juncker, s'installe à la Commission

Taille du texte Aa Aa

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait nommer mercredi son directeur de cabinet, l’Allemand Martin Selmayr, au poste de secrétaire général de la Commission, fonction la plus élevée dans l’administration de l’institution.

“J’ai proposé et le collège (des commissaires) a accepté de nommer Martin Selmayr au poste de Secrétaire général. J’ai décidé de choisir quelqu’un qui connaît la maison et qui a des ramifications partout en Europe”, a-t-il expliqué au cours d’une conférence de presse.

Martin Selmayr, 47 ans, succède au Néerlandais Alexander Italianer, nommé à ce poste en septembre 2015 et qui a présenté sa démission mercredi. L’Espagnole Clara Martinez succède à M. Selmayr, dont elle était l’adjointe, à la direction du cabinet du président, a-t-on précisé. “Mme Martinez est la première femme a accéder à cette fonction. Ses dix-neufs prédécesseurs à ce poste étaient des hommes”, a souligné Jean-Claude Juncker.

Surnommé affectueusement “le monstre” par Jean-Claude Juncker, Martin Selmayr est décrit comme un bourreau de travail et est redouté au sein de l’institution. “Il a un point commun avec moi: nous avons tous les deux des ennemis”, a reconnu Jean-Claude Juncker, dont le mandat s’achève à l’automne 2019.

“Lui et moi nous avons parfois des relations difficiles avec les autres commissaires ou les directeurs généraux qui veulent laisser la Commission se faire influencer depuis l’extérieur”, a-t-il souligné.

Martin Selmayr est considéré comme l’inspirateur de l’architecture de la Commission européenne présidée par Jean-Claude Juncker au sein de laquelle les commissaires sont encadrés par des vice-présidents, ce qui permet au président et à son directeur de cabinet de se poser en arbitres et de tenir les rênes.

Ce dispositif, source de conflit, a été jugé “pervers”, voire “machiavélique” par de nombreux membres de l’exécutif bruxellois qui accusent Martin Selmayr de peser sur les nominations.

La promotion de Martin Selmayr s’est inscrite mercredi dans le cadre d’un mouvement au sein des directions générales de la Commission et de nombreux promus sont considérés comme proches du nouveau secrétaire général.

Martin Selmayr est le premier Allemand à accéder à la fonction de secrétaire général, un poste qui lui donne la haute main sur le fonctionnement de l’administration de l’institution. La fonction n’est pas nécessairement limitée dans le temps. L’Irlandaise Catherine Day est ainsi restée en fonction dix ans.

“Le prochain président de la Commission européenne peut décider de confirmer ou non le secrétaire général dans sa fonction”, a souligné Jean-Claude Juncker. “Je ne veux pas me mêler de cette affaire”, a-t-il ajouté.

Juriste de formation, Martin Selmayr est entré à la Commission européenne en 2004 au service du porte-parole. Promu chef de cabinet de la commissaire luxembourgeoise Vivianne Reding, il s’est ensuite mis au service de Jean-Claude Juncker et a conduit la campagne qui lui a permis d’obtenir l’investiture du Parti populaire européen (PPE), puis d‘être nommé président de la Commission européenne après les élections européennes, gagnant la réputation de “faiseur de roi”.

Sa promotion n’aura aucune incidence sur le traitement de M. Selmayr, a-t-on précisé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.