DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit: May va préciser sa vision du future partenariat avec l'UE le 2 mars

Vous lisez:

Brexit: May va préciser sa vision du future partenariat avec l'UE le 2 mars

Taille du texte Aa Aa

La Première ministre britannique Theresa May va préciser sa vision du partenariat post-Brexit du Royaume-Uni avec l’Union européenne vendredi 2 mars, a annoncé vendredi son porte-parole, au lendemain d’une réunion-marathon de huit heures avec son gouvernement.

Theresa May a réuni jeudi ses principaux ministres dans la résidence de campagne du Premier Ministre à Chequers (70 km au nord-ouest de Londres) pour l’après-midi et la soirée, afin d’aborder les relations économiques entre l’Union européenne et le Royaume-Uni après le départ de celle-ci, prévu en mars 2019.

“La Première ministre a exposé ses plans clairement. Nous travaillons à obtenir un accord qui fonctionne pour toutes les composantes du Royaume-Uni (…) et permette les échanges commerciaux les plus souples possible”, a dit le porte-parole.

“La Première ministre va exposer plus de détails sur la position du gouvernement vendredi”, a-t-il ajouté alors que les partenaires européens de Londres montrent une certaine impatience de connaître quelle relation exactement le gouvernement britannique souhaite à l’avenir, près d’un an après le déclenchement de la procédure de divorce qui doit être effectif le 29 mars 2019.

La veille de son discours, Theresa May rencontrera le président du Conseil européen Donald Tusk à Londres.

Londres affirme vouloir quitter le marché unique et l’union douanière, mettre fin à la liberté de circulation des migrants et à la juridiction de la Cour européenne des droits de l’Homme. Dans le même temps, Theresa May veut négocier un accord qui réduirait autant que possible les droits de douane et les démarches administratives.

Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, a toutefois averti que les contrôles à la frontière seraient “inévitables” si le Royaume-Uni sortait du marché unique et de l’union douanière.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, doit donner les orientations des délibérations sur les futures relations, lors d’un sommet européen les 22 et 23 mars, les négociations devant commencer en avril.

Jeremy Corbyn, le chef Parti travailliste, principal parti d’opposition aux conservateurs de Theresa May, doit lui afficher sa position dans une allocution lundi matin. Selon les médias britanniques, après avoir longtemps exclu cette possibilité, il pourrait annoncer que le Labour veut le maintien du Royaume-Uni dans l’union douanière et qu’il est favorable à la tenue d’un second référendum sur le Brexit.

La réunion de Chequers, jeudi, a rassemblé les membres de la sous-commission ministérielle chargée du Brexit, dont le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, tenant d’une rupture sans concession avec Bruxelles, et le ministre des Finances Philip Hammond, favorable à des liens plus étroits.

Les débats ont porté sur les secteurs automobile, agro-alimentaire et le commerce digital, tandis que Theresa May a dirigé une discussion sur le partenariat économique dans son ensemble, a ajouté le porte-parole.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.