DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les jeunes meneurs de la lutte contre les armes à feu aux Etats-Unis

Vous lisez:

Les jeunes meneurs de la lutte contre les armes à feu aux Etats-Unis

Taille du texte Aa Aa

Ils ont survécu à la tuerie de Parkland en Floride la semaine dernière. Depuis, ces lycéens à l‘éloquence remarquée ont pris les rênes d’un mouvement déterminé à faire bouger les lignes sur le sujet très controversé des armes à feu aux Etats-Unis.

Voici les portraits de quelques-uns de ces jeunes rassemblés derrière le mot d’ordre #NeverAgain (Plus jamais):

- Cameron Kasky –

C’est ce lycéen de 17 ans, se décrivant lui-même comme “le pitre de la classe”, qui a lancé le slogan #NeverAgain, deux jours après la tuerie dans laquelle ont péri 17 élèves et enseignants du lycée Marjory Stoneman Douglas.

“Je suis en sécurité (…) Merci à tous les défenseurs du deuxième amendement de m’avoir protégé”, avait-il écrit sur Facebook après avoir réchappé au massacre, dans une allusion ironique au droit constitutionnel à porter des armes aux Etats-Unis.

Il s’est notamment fait remarquer lors d’un débat mercredi où il a défié en direct sur la chaîne CNN l’ancien candidat à la primaire républicaine et sénateur de Floride, Marco Rubio.

“Pouvez-vous me dire tout de suite que vous n’accepterez pas un seul don de la NRA à l’avenir ?”, lui a-t-il demandé, en référence au puissant lobby des armes qui a versé des fonds à de très nombreux responsables politiques américains, dont M. Rubio.

- Emma Gonzalez –

Cheveux rasés et émotivité communicative, Emma Gonzalez a touché de nombreux Américains en scandant “Honte à vous” lors d’un rassemblement samedi contre les armes à feu en Floride.

Elle a écrit son discours dénonçant l’inaction de Donald Trump et d’autres responsables politiques, juste avant de prendre la parole.

La jeune femme de 18 ans, dont la famille est d’origine cubaine, a initié avec ses camarades le projet d’un grand rassemblement à Washington le 24 mars.

“A ce stade, soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous”, a-t-elle lancé, alors que la “Marche pour nos vies” a déjà reçu au moins 2 millions de dollars de dons, venant notamment de stars comme les époux George et Amal Clooney, la présentatrice Oprah Winfrey ou encore le réalisateur Steven Spielberg et sa femme Kate Capshaw.

- David Hogg –

Pendant l’assaut du tireur armé d’un fusil semi-automatique AR-15, David Hogg, 17 ans, s’est caché dans un placard avec d’autres étudiants.

Là, muni de son smartphone, cet aspirant journaliste a défié sa peur pour recueillir des témoignages d‘élèves. Sa vidéo a fait le tour d’internet.

Son camarade Cameron Kasky l’a ensuite sollicité pour mener le mouvement #NeverAgain mais David Hogg a rapidement fait l’objet de menaces en raison du métier de son père, agent retraité du FBI.

Des théories complotistes ont même fait de lui un “acteur de crise”, payé pour diffuser des idées de gauche.

“Je ne suis pas un acteur de crise, je suis quelqu’un qui a dû assister à tout cela, et qui subit tout cela”, a rétorqué le jeune homme.

- Delaney Tarr –

A 17 ans, Delaney Tarr fait partie des centaines d‘étudiants qui ont interpelé cette semaine les élus locaux de Floride pour demander une législation plus stricte sur les armes à feu.

“Nous en avons assez des pensées et des prières”, a-t-elle déclaré en référence aux habituelles condoléances adressées par les responsables politiques américains après les fusillades. “Nous allons venir chercher chacun d’entre vous pour vous demander d’agir”, a-t-elle poursuivi.

Elle aussi avait trouvé refuge dans un placard avec d’autres élèves durant la fusillade.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.