DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Arabie saoudite: le prince Salmane compare la corruption à un "cancer"

Vous lisez:

Arabie saoudite: le prince Salmane compare la corruption à un "cancer"

Taille du texte Aa Aa

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a comparé la corruption dans son pays à “un cancer” qui nécessite une “thérapie de choc”, dans une interview publiée mardi soir par le Washington Post.

“Vous avez un corps (l’Arabie saoudite) atteint d’un cancer généralisé, le cancer de la corruption. Il faut une chimio, le choc de la chimio, sinon le cancer détruira tout le corps”, estime le prince.

“Si on ne stoppe pas ce pillage” provoqué par la corruption, “le royaume ne pourra pas atteindre ses objectifs budgétaires”, selon lui.

Après avoir fait arrêter en 2017 des dizaines de personnalités du régime accusées de corruption, le roi Salmane, sous l’impulsion de son fils Mohammed, a procédé lundi à un profond remaniement de la hiérarchie militaire, limogeant le chef d‘état-major, et a nommé de jeunes dirigeants, dont une femme, à des postes de responsabilité.

L’objectif est de placer des gens “pleins d‘énergie”, selon le prince dans son entretien au Washington Post, ajoutant: “nous voulons travailler avec des gens qui y croient”.

Le changement au sein de la hiérarchie militaire est intervenu trois ans après le début de l’intervention au Yémen d’une coalition militaire de pays arabes menée par Ryad.

Cette intervention a aggravé la situation dans ce pays où le conflit a été qualifié par l’ONU “de pire crise humanitaire au monde”.

Plus de 9.200 personnes ont été tuées, près de 53.000 ont été blessées et près de 2.200 autres sont mortes du choléra, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.