DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

F1: la 3e journée d'essais de Barcelone écourtée par la neige

Vous lisez:

F1: la 3e journée d'essais de Barcelone écourtée par la neige

Taille du texte Aa Aa

Un petit tour et puis s’en va: écourtée par la neige, la troisième journée d’essais de pré-saison de Formule 1, sur le circuit de Barcelone mercredi, n’a vu que cinq voitures s’aventurer sur une piste glaciale et détrempée, seul l’Espagnol Fernando Alonso établissant un chrono.

Il est tombé quelque cinq centimètres de neige sur le tracé situé à Montmelo, au nord de la capitale catalane, dans la nuit de mardi à mercredi. Les flocons volaient encore dru à 09h00 locales, heure à laquelle aurait dû s’ouvrir la séance, qu’il avait été question la veille de reporter, sans que les écuries ne parviennent à un accord.

L’organisation décidait donc de retarder l’entrée en piste en raison de “conditions météorologique défavorables”. Le compte Twitter du circuit précisait que l’hélicoptère médical n‘était pas en mesure de décoller.

Du côté de Mercedes, on en profitait pour offrir une visite guidée à… un bonhomme de neige, quand le Français Romain Grosjean (Haas) se remémorait sur Twitter sa participation au Trophée Andros (une compétition automobile sur glace disputée en France) en 2016.

Finalement, le drapeau vert était levé à 12h00, la température ayant dépassé la barre de zéro degré, transformant la neige en pluie.

La pause déjeuner, entre 13h00 et 14h00, était annulée, comme la veille, pour permettre aux écuries de profiter des heures les plus clémentes de la journée.

Il fallait encore attendre 13h15 pour voir la McLaren de Fernando Alonso s’aventurer dehors pour un unique tour d’installation. Alors seul au tableau d’affichage, l’Espagnol se fendait d’un message amusé sur Twitter: “la voiture fonctionne bien sur la neige. Première place ce matin”.

- Alonso ‘bien sous la neige’ –

Le Néo-Zélandais Brendon Hartley (Toro Rosso), le Polonais Robert Kubica (troisième pilote Williams), le Suédois Marcus Ericsson (Sauber) et l’Australien Daniel Ricciardo (Red Bull) l’imitaient pour un ou deux tours non-chronométrés.

Alonso ressortait ensuite pour dix passages supplémentaires sur la ligne, s’offrant le meilleur et unique temps de la journée, en 2 min 18 sec 545/1000, loin des 1 min 19 sec 673/1000 de l’Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) la veille.

“La voiture est aussi compétitive sur le mouillé, premier cet après-midi et plus de tours que quiconque aujourd’hui. #ironie”, tweetait alors le double champion du monde.

Pour les écuries, cette troisième journée d’essais fut encore plus pauvre en enseignements que les précédentes, la faute à la vague de froid venue de Sibérie qui touche depuis le début de la semaine l’Europe occidentale.

Sur un tarmac glacial et humide, les pilotes ne parviennent pas à monter suffisamment leurs pneus en température pour obtenir un niveau d’adhérence satisfaisant. Impossible dans ces conditions de suivre un programme de tests normal, tant en termes de performance que d’endurance.

Un sérieux handicap avec huit jours d’essais de pré-saison seulement au calendrier et deux fois 100 kilomètres à la discrétion des équipes.

La pluie est encore au programme de la quatrième et dernière journée de cette première semaine d’essais très hivernaux, jeudi. La température, par contre, promet de remonter.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.