DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris-Nice: Arnaud Démare remporte la 1re étape

Vous lisez:

Paris-Nice: Arnaud Démare remporte la 1re étape

Taille du texte Aa Aa

Le champion de France Arnaud Démare s’est imposé d’emblée, comme l’an passé, dans la première étape de Paris-Nice qu’il a remportée dimanche à Meudon, au bout d’une montée de 2 kilomètres.

“Gagner à la photo-finish, c’est inédit pour moi”, s’est félicité le Picard, qui a devancé d’un souffle l’Espagnol Gorka Izagirre pour signer son premier succès de l’année, le premier aussi pour les nouvelles couleurs de son équipe étrennées en ce dimanche hivernal. La FDJ s’appelle désormais Groupama-FDJ.

“J‘étais persuadé d’avoir fait deuxième. J’ai jeté mon vélo un peu en désespoir. A la fin, on n‘était plus lucide du tout”, a raconté le champion de France, tout heureux de ce succès: “C’est ma première victoire en haut d’un talus comme ça.”

Sous le portique d’arrivée situé au bout d’une avenue pavée en montée devant le château de Meudon, quatre coureurs se sont présentés sur la même ligne. Au bénéfice de Démare, déclaré vainqueur d’un souffle devant l’aîné des frères Izagirre (4e de Paris-Nice l’an passé), Christophe Laporte et le Belge Tim Wellens.

Julian Alaphilippe, qui faisait figure de favori, s’est classé sixième, dans le même temps. Deux secondes avant le gros du peloton, qui s’est étiré dans la côte de Meudon, derrière le Français Alexis Vuillermoz, parti en éclaireur aux 1500 mètres et repris dans les derniers hectomètres.

“J’avais reconnu la veille en voiture mais c’est différent. En voiture, ça semble même plus dur”, a expliqué Démare, le seul sprinteur (avec Laporte) à jouer la victoire d‘étape après ce final difficile, preuve de sa très bonne forme du moment.

- Fuglsang et Zakarin distancés –

L‘étape, longue de 135 kilomètres dans le sud-ouest parisien et longtemps ouverte par une échappée de trois coureurs (Roelandts, Rolland, Périchon), a condamné plusieurs candidats au podium final dimanche prochain à Nice. En premier lieu, l’Américain Tejay Van Garderen qui a été contraint à l’abandon à la suite d’une chute collective survenue à quelque 3 kilomètres de l’arrivée, sur l’une des nombreuses bandes blanches traversant la route.

D’autres prétendants ont perdu gros dans le final urbain des Hauts-de-Seine. L’Espagnol Jesus Herrada a lâché près d’une minute, le Danois Jakob Fuglsang plus d’une minute et demie. Pour ne rien dire du Russe Ilnur Zakarin (3e de la Vuelta 2017) qui a cédé plus de cinq minutes.

Lundi, la deuxième étape, longue de 187,5 kilomètres, s’annonce favorable aux sprinteurs. Aucune difficulté de relief ne figure sur le parcours de plaine, souvent exposé au vent, entre Orsonville (Yvelines) et Vierzon (Cher), dans le centre de la France.

Démare est logiquement candidat à un deuxième succès (“il y a une autre victoire à aller chercher”, a-t-il annoncé) mais il doit s’attendre à une forte opposition menée par le Néerlandais Dylan Groenewegen, son vainqueur de la récente semi-classique Kuurne-Bruxelles-Kuurne. L’Italien Elia Viviani, qui compte déjà quatre victoires au sprint, est lui aussi présent dans le peloton tout comme d’autres spécialistes (Greipel, Degenkolb, Bouhanni, Kristoff, Bauhaus, Cort Nielsen, S. Bennett).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.