DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Premier convoi humanitaire dans le fief rebelle de la Ghouta

Vous lisez:

Premier convoi humanitaire dans le fief rebelle de la Ghouta

Taille du texte Aa Aa

Un convoi d'aide est entré lundi dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, pour la première fois depuis le début d'une offensive meurtrière du régime contre ce bastion insurgé en proie à un drame humanitaire.

Le pouvoir de Bachar al-Assad contrôle désormais un tiers de ce fief rebelle d'une centaine de kilomètres carrés aux portes de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Lancée le 18 février, son offensive, notamment marquée par des bombardements d'ampleur inédite, a tué plus de 720 civils, d'après la même source.

Appuyé par l'allié russe, le régime mène désormais aussi une opération au sol pour reconquérir l'intégralité de cette enclave où les 400.000 habitants, victimes de graves pénuries de nourriture et de médicaments, vivent terrés dans des sous-sols.

Au moins 29 civils ont été tués dans des bombardements visant plusieurs secteurs de la Ghouta tôt dans la nuit et lundi matin, a indiqué l'OSDH dans un nouveau bilan.

Un convoi comprenant une quarantaine de camions chargés d'aide médicale et de nourriture pour quelque 27.500 personnes est tout de même parvenu à entrer dans l'enclave, a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

L'agence onusienne a toutefois précisé n'avoir "pas été autorisée à charger de nombreuses aides médicales vitales". "Par conséquent, trois des 46 camions qui sont envoyés (...) aujourd'hui sont quasi-vides", a souligné une responsable d'Ocha à Damas, Linda Tom.

Le convoi, composé de camions marqués du sigle du Croissant rouge syrien ou du Comité international de la Croix rouge (CICR), a quitté en matinée la périphérie de Damas avant de franchir le dernier barrage de contrôle des forces du régime, qui barre l'accès à l'enclave rebelle.

Dans la partie de la Ghouta assiégée depuis 2013, aucune aide ne peut entrer sans le feu vert du régime et les dernières à être parvenues aux habitants remontaient à la mi-février.

Au total, l'ONU a reçu les autorisations nécessaires pour distribuer des aides pour "70.000 personnes", et un second convoi est prévu jeudi.

Ces aides interviennent alors qu'une trêve quotidienne de cinq heures a été décrétée par Moscou il y a une semaine dans la Ghouta. L'initiative, qui n'est que partiellement respectée, n'avait pas permis jusque-là l'évacuation de blessés et de civils, ainsi que l'entrée de convois humanitaires.

Malgré cette trêve, le régime poursuit ses raids aériens et tirs d'artillerie, et les combats sur le terrain se sont intensifiés ces derniers jours, suscitant les condamnations des puissances occidentales.

Aussi, en fin de journée, d'intenses bombardement sur la ville de Douma ont contraint le convoi à abréger sa mission avant d'avoir pu livrer toute les aides aux habitants.

Lundi, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté une résolution demandant l'ouverture d'une enquête sur le siège de l'enclave rebelle.

avec AFP