DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ex-espion empoisonné : l'avis d'un expert

Vous lisez:

Ex-espion empoisonné : l'avis d'un expert

Taille du texte Aa Aa

D'où venait la "substance toxique très rare", comme l'a définie la ministre britannique de l'Intérieur Amber Rudd, à l'origine de l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Youilia au Royaume-Uni ? Jerry Smith est consultant en matière de risques. Il s'interroge.

"Avoir la substance, avoir l'installation pour la produire, en particulier parce qu'il faut le faire secrètement, serait un véritable défi. Le nombre de pays ou d'organisations qui potentiellement peuvent produire ça est assez important, mais si l'on considère certains des agents les plus modernes, alors on commence à réduire le nombre de pays qui pourraient produire cela", a expliqué .

La nature du poison a été identifiée sans être révélée car elle permettra d'en préciser "la source" mais on ignore encore le mode opératoire de l'empoisonnement.

"A ce stade je crois que ce que nous pouvons dire, c'est que si le policier était contaminé par la même substance qui a empoisonné les victimes, cela pourrait signifier que la substance leur a été transmise et qu'ils l'ont ensuite passée au policier, car elle était active sur eux. Cela pourrait laisser penser que quelque chose a été mis sur leur peau ou sur leurs vêtements, plutôt qu'une substance ingérée".

Le père et la fille, respectivement 66 et 33 ans, sont toujours "inconscients et dans un état critique mais stable". Le policier qui leur est venu en aide est dans état grave mais il est "conscient .

"En théorie, ils peuvent récupérer en fonction de la rapidité avec laquelle ils ont été traités pour empoisonnement. il existe aussi des moyens de faciliter et d'accélérer le rétablissement."