DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

XV de France: avec Trinh-Duc, Brunel converti au réalisme

Vous lisez:

XV de France: avec Trinh-Duc, Brunel converti au réalisme

Taille du texte Aa Aa

Un revenant pour plus de précision: le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel a titularisé jeudi à l’ouverture François Trinh-Duc dans le but de remédier contre l’Angleterre samedi dans le Tournoi des six nations au manque de réalisme constaté face à l’Italie (34-17).

La présence du joueur de Toulon (31 ans, 64 sél.) aux dépens de Lionel Beauxis, qui avait démarré les deux précédentes rencontres, est le seul changement sur la feuille de match opéré par Brunel.

Un mois et demi en arrière, peu auraient sans doute misé sur sa titularisation, la première depuis France-Japon en novembre dernier (23-23), pour affronter au Stade de France le double tenant du titre.

Trinh-Duc ne figurait en effet pas dans la liste initiale pour le Tournoi et n’a été rappelé qu’après l‘éviction de son partenaire au RCT, Anthony Belleau, à la suite de la fameuse virée nocturne le 11 février après la défaite en Ecosse (26-32).

Quatrième choix de Brunel — derrière Matthieu Jalibert, blessé en ouverture face à l’Irlande (13-15), Belleau et Beauxis — cinquième dans la hiérarchie des ouvreurs tricolores si l’on ajoute Camille Lopez, blessé, le voilà donc propulsé d’entrée pour le “Crunch”.

Il formera la charnière avec Maxime Machenaud pour la première fois depuis novembre 2016 face aux Samoa à Toulouse (52-8). Un mauvais souvenir puisqu’il s‘était fracturé un avant-bras alors qu’il était à l‘époque le choix numéro 1 du précédent sélectionneur, Guy Novès.

- L’exemple écossais –

Les circonstances l’ont donc ramené au premier plan et de nouveau poussé un sélectionneur tricolore à changer d’ouvreur.

Trinh-Duc profite de la contre-performance à Marseille de Beauxis — lui-même choix par défaut, appelé après la blessure de Jalibert — à proximité de l’en-but italien.

Comme sur cette passe mal assurée sur un surnombre tricolore dans les 22 mètres transalpins en début de seconde période.

“(Beauxis) dans les zones de conclusion n’a pas toujours pris les bonnes décisions contre les Italiens”, a justifié Brunel, soulignant que les Bleus étaient entrés au Vélodrome “15 fois dans les 22 mètres” pour seulement trois essais inscrits.

“On sait que ces zones sont importantes, elle le seront encore contre les Anglais. Si jamais on se met en position de rentrer dans leurs 22 mètres, il va falloir être très efficace” a ajouté Brunel.

Comme les Ecossais, qui ont fait chuter le XV de la Rose lors de la précédente journée (25-13) en faisant mouche sur leurs trois premières incursions dans le camp anglais en première période.

“Si on pouvait dupliquer ce scénario, je serais partant. Mais malheureusement, on ne connaît pas le scénario” a souligné le sélectionneur des Bleus, qui ont mis fin contre les Italiens à onze mois sans victoire.

- Automatismes et expérience –

Avec Trinh-Duc à la baguette, comment imiter le XV du Chardon? “Il faudra essayer d‘être plus serein, moins empressé, plus méthodique. Souvent (contre l’Italie) on a confondu vitesse et précipitation, on y a été de manière individuelle, on n’a pas souvent fait les bons choix qui s’imposaient” a répondu Brunel, qui se prive cependant du long jeu au pied de Beauxis.

Si le sélectionneur a expliqué que la qualité défensive supérieure de Trinh-Duc n’avait pas joué, il a en revanche avancé comme autre explication à sa titularisation ses automatismes avec Mathieu Bastareaud. Le puissant centre, meilleur joueur contre l’Italie, sera derrière lui au Stade de France comme à Toulon.

“Son association avec Mathieu va, on l’espère, nous amener un petit plus. Ils ont un lien plus resserré. C’est sur cette particularité qu’on va essayer de jouer ce week-end” a déclaré Brunel.

Dernière donnée importante, l’expérience: Trinh-Duc et Bastareaud sont parmi les cinq joueurs (!) des 23 samedi à avoir déjà battu les Anglais (avec Slimani, Guirado et Fickou). Et les deux seuls lors du dernier titre tricolore, le Grand Chelem 2010.

“Quand on a battu les Anglais, on acquiert des convictions, a souligné le sélectionneur. J’espère qu’ils vont les transmettre à leurs partenaires.”

Le XV de départ face à l’Angleterre: H. Bonneval – Fall, Bastareaud, Doumayrou, Grosso – (o) Trinh-Duc, (m) Machenaud – Y. Camara, Tauleigne, Lauret – Vahaamahina, Gabrillagues – Slimani, Guirado (cap.), Poirot

Remplaçants: A. Pelissié, Priso, Gomes Sa, R. Taofifenua, K. Galletier, Couilloud, Beauxis, Fickou

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.