DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le président de BeIN Sports de nouveau condamné en Egypte

Vous lisez:

Le président de BeIN Sports de nouveau condamné en Egypte

Taille du texte Aa Aa

Un tribunal de commerce égyptien a condamné lundi le président de chaîne de télévision qatarie BeIN Sports, Nasser Al-Khelaïfi, à une nouvelle amende de 18 millions d’euros pour “violation de la loi” sur la concurrence, a indiqué une source judiciaire.

La société de M. Al-Khelaïfi est accusée d’avoir imposé aux abonnés “de remplacer l’opérateur satellite (égyptien) Nilesat par un opérateur qatari pour permettre la réception des chaînes”, a ajouté la même source.

Il a été condamné à 400 millions de livres égyptiennes (18 millions d’euros) d’amende pour “violation de la loi sur la protection de la concurrence”, a-t-elle ajouté.

Le 30 janvier, ce même tribunal avait condamné la chaîne BeIN Sports et son président à une amende similaire pour la même accusation mais pour des faits différents. Il était reproché à M. Al-Khelaïfi —par ailleurs président du club français du Paris SG— et à sa chaîne la vente groupée de championnats alors que chacun d’eux “représente un produit distinct et n’est relié d’aucune façon aux autres”.

BeIN Sports avait exprimé sa “consternation” après cette condamnation.

Le groupe qatari est dans le collimateur des autorités égyptiennes depuis le refroidissement des relations entre l’Egypte et Doha: l’Egypte fait partie d’un groupe de pays arabes, dont l’Arabie saoudite, à avoir rompu en juin 2017 ses relations diplomatiques avec le Qatar, accusé de soutenir le terrorisme ce qu’il dément et de ne pas prendre assez de distance avec l’Iran.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.