DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue des champions: Ben Yedder et Séville surprennent un pâle Manchester United

Vous lisez:

Ligue des champions: Ben Yedder et Séville surprennent un pâle Manchester United

Taille du texte Aa Aa

Rarement le “Théâtre des rêves” n’a aussi mal porté son surnom: Séville, auteur d’un nul solide à l’aller (0-0), a éliminé un bien terne Manchester United (2-1) grâce à un doublé du “Super Sub” Wissam Ben Yedder, mardi en huitième de finale de la Ligue des champions.

Les Andalous, triples vainqueurs de l’Europa League de 2014 à 2016, rêvaient de briser le plafond de verre et d’atteindre enfin les quarts de finale après trois échecs en huitièmes depuis 2008. C’est enfin fait grâce à un doublé en quatre minutes en fin de match du petit Français!

Quant à Manchester United, c’est bien un accident industriel. Pour José Mourinho, très critiqué pour son approche très défensive du jeu des “Red Devils”, c’est un camouflet XXL.

Ce Manchester United-là ne fait pas rêver en Premier League, il donne des cauchemars sur la scène continentale. L’approche ultra conservatrice du match aller avait fait grincer des dents du côté d’Old Trafford, où flotte encore le souvenir du très offensif Sir Alex Ferguson, la défaite de mardi devrait encore plus délier les langues.

Au stade Sanchez-Pizjuan, la rencontre avait été intense, fermée et largement dominée par des Sévillans qui s‘étaient heurtés à un De Gea infranchissable.

Le match retour a été tout aussi engagé, mais bien plus équilibré, sans toutefois faire beaucoup plus d‘étincelles jusqu’aux deux éclairs de Ben Yedder.

- Pogba laissé sur le banc –

Car à Old Trafford, Manchester, même sans Pogba laissé sur le banc pendant la première heure, a eu de meilleures intentions, quoique brouillonnes. Mais à mesure que le match a progressé, Séville a repris pied pour finalement jouer crânement sa chance.

Meilleures intentions ne signifie pour autant pas jeu spectaculaire. Et à part Rashford sur son aile droite, ManU n’a pas fait grand-chose en première période. Seul le jeune anglais, auteur de deux buts samedi contre Liverpool, a apporté un peu de danger avec ses dribbles fluides et sa vitesse.

L’action la plus dangereuse est toutefois intervenue sur un ballon récupéré haut de la part de Fellaini. Le grand milieu s’appuyait sur Sanchez pour tirer ensuite en force sur un Sergio Rico qui gardait la main ferme pour détourner (38). Ce fut le seul moment de frisson.

La deuxième période ne fut guère plus séduisante, même après l’entrée de Pogba à la place de Fellaini à l’heure de jeu (60). Avec ou sans Pogba, Mourinho n’arrive pas à emballer les “Red Devils”…

Et si le Portugais avait son joker français, Vincenzo Montella disposait lui aussi d’un Français dans la manche.

A la 72e minute, le technicien italien a sorti un Muriel transparent pour lancer Ben Yedder… La suite fera encore rêver pendant un moment du côté de Séville!

Deux minutes après son entrée, l’attaquant de poche, servi à l’entrée de la surface, envoyait un frappe limpide hors de portée de De Gea (74).

Quatre minutes plus tard, l’ancien Toulousain remettait ça de la tête, sur un ballon mal dégagé (78) pour définitivement assommer les Mancuniens.

Lukaku a bien réduit l‘écart sur un corner de Rashford (84), mais bien trop tard. A force de vouloir limiter la casse, Mourinho et les “Red Devils” ont fini en miettes. Et ce ne sera pas facile de recoller les morceaux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.