DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : sept ans de mort et d’exil

Vous lisez:

Syrie : sept ans de mort et d’exil

Taille du texte Aa Aa

Sept ans se sont écoulés depuis le début du conflit en Syrie. Et en sept ans, le nombre de morts est sans appel. Et que dire de ceux qui n’ont eu d’autre choix que de fuir leur ville, leur région ou leur pays ? Ces derniers, partis en exil pour vivre, sont des millions.

Ce conflit, aux ramification labyrinthiques a plus que diviser le pays. Loyalistes au gouvernement, rebelles, islamistes modérés ou extrémistes, sans oublier les combattants étrangers qui ont pris fait et cause pour diverses factions se sont affrontés sur le sol syrien.

Les humanitaires et les observateurs sur place estiment que le coût humain de cette guerre civile aura peu d'équivalents récents. Selon les dernières estimations, plus d'un demi-million de Syriens auraient été tués. Selon les Nations unies, le pays compte également 6,1 millions de personnes déplacées internes, ces "réfugiés de l’intérieur" qui n'ont pas franchi la frontière syrienne pour chercher asile dans d'autres pays.

Des années de siège ont transformer les villes en ruine, poussant les habitants à vivre sous des bâches au milieu des débris. Des monuments historiques ont été réduits à néant par la folie des hommes. La majeure partie des infrastructure du pays est détruite...

REUTERS/Alaa al-Faqir
Bâtiments en ruine à Deraa, le 13 mars 2018 REUTERS/Alaa al-Faqir

Des millions de Syriens ont fait le choix de l’exil, souvent au péril de leur vie, en embarquant dans de frêles esquifs pour traverser la Méditerranée à la recherche d'un refuge en Europe.

Ce conflit a des implications mondiales. En effet, des pays ont envoyé des troupes au sol ; d'autres ont déployé leurs forces aériennes et maritimes pour prêter main forte à un régime aux abois dans sa lutte contre les islamistes. Des nations ont aussi fait le choix d'accueillir sur leur sol ceux qui sont partis.

La chronologie du conflit

(Chronologie en anglais)

Tout a commencé en 2011 en Syrie, alors que de nombreux régimes autocratiques avaient été balayés par le printemps arabe. Et à l'image de ce qu'il s'était passé dans d'autres pays, des milliers de personnes se sont regroupées dans plusieurs villes syriennes pour s'opposer au régime de Bachar al-Assad le 15 mars 2011. Cette journée a été depuis baptisée le « jour de la colère ». La foule a été violemment dispersée et de très nombreux manifestants ont été arrêtés.

Trois jours plus tard, lors de la « journée de la dignité », les manifestations se sont poursuivies dans les principales villes syriennes. Et à Deraa, un des berceaux de la révolution, quatre manifestants ont été tués par les forces de sécurité. Malgré la violence, la répression et la morts, les manifestations ont continué.