DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: 30.000 civils ont fui les bombardements turcs sur Afrine en 24H (ONG)

Vous lisez:

Syrie: 30.000 civils ont fui les bombardements turcs sur Afrine en 24H (ONG)

Taille du texte Aa Aa

Plus de 30.000 civils ont fui ces dernières 24 heures les bombardements turcs sur la ville kurde d’Afrine dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les civils ont trouvé refuge notamment dans les localités de Nobol et Zahra, sous contrôle du régime syrien de Bachar al-Assad, a-t-on précisé.

Afrine, chef-lieu de l’enclave kurde du même nom, est la cible depuis le 20 janvier d’une offensive de l’armée turque et de ses supplétifs syriens pour en chasser une milice kurde syrienne considérée comme “terroriste” par Ankara.

La ville d’Afrine, proche de la frontière turque, est encerclée quasi-totalement par l’armée turque et les habitants fuient de crainte notamment d‘être totalement assiégés.

Selon un correspondant de l’AFP dans la ville, de nombreuses familles, notamment des personnes âgées et des enfants sont partis entassés à bord de pick-up, certaines avec des matelas et des couvertures.

Les habitants restés dans la ville ont eux fait la queue devant les boulangeries ou ont acheté de l’eau à des camions citernes. La ville souffre d’une pénurie d’eau depuis que les forces turques se sont emparés du barrage de la région ces dernières semaines.

Ankara a réaffirmé jeudi que la ville d’Afrine serait “très bientôt nettoyée” des Unités de protection du peuple (YPG), la milice kurde dont elle veut se débarrasser.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.