DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Unilever : Rotterdam au détriment de Londres

Vous lisez:

Unilever : Rotterdam au détriment de Londres

Taille du texte Aa Aa

Le géant Unilever, connu pour les produits Dove, la célèbre Marmite britannique ou les crèmes glacées Ben & Jerry's, disposait depuis près d'un siècle d'une présence juridique à la fois au Royaume-Uni et aux Pays-Bas.

Mais dans un communiqué publié jeudi, le groupe a fait part de sa décision, sans grandes conséquences en termes d'emploi, de n'avoir d'ici à la fin de l'année plus qu'un siège social, à Rotterdam, où il paiera désormais ses impôts.

Unilever n'évoque pas le Brexit, qui doit intervenir fin mars 2019, soit dans un peu plus d'un an, mais explique vouloir renforcer et simplifier sa structure, afin de créer à terme plus de valeur pour ses actionnaires.

Il n'empêche que l'abandon du siège social londonien a une portée hautement symbolique pour le Royaume-Uni et le gouvernement conservateur de Theresa May, qui se démène pour convaincre les entreprises de rester ou de venir au Royaume-Uni malgré les incertitudes du Brexit.

Unilever se restructure en trois divisions, dans les produits de beauté, les produits pour la maison, qui seront toutes deux situées à Londres, et l'alimentaire, basée à Rotterdam.

Les 7 300 personnes qu'il emploie au Royaume-Uni, ainsi que les 3 100 aux Pays-Bas, ne seront pas affectées par ces changements, pensés par le groupe depuis le spectaculaire rejet d'une offre de rachat lancée par son rival américain Kraft Heinz début 2017.

De même, le groupe, qui emploie 169 000 personnes à travers le monde et qui commercialise entre autres les soupes Knorr, l'huile d'olive Bertolli et les déodorants Rexona, conservera ses trois cotations distinctes à Londres, Amsterdam et New York.