DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ouverture du forum international de l'eau à Brasilia

Vous lisez:

Ouverture du forum international de l'eau à Brasilia

Taille du texte Aa Aa

Le président brésilien Michel Temer a ouvert lundi le Forum international de l’eau à Brasilia, expliquant qu’il “n’y avait pas de temps à perdre” pour éviter une catastrophe, tandis que l’ONU tirait également la sonnette d’alarme.

L’ONU a présenté un rapport selon lequel près de la moitié de la population mondiale – 3,6 milliards de personnes – vit dans des zones où l’eau peut manquer au moins un mois par an. Ce nombre pourrait atteindre 5,7 milliards en 2050, selon ce rapport.

Alors que la demande augmente, surtout dans les pays en développement, les réserves souterraines s‘épuisent, pompées principalement pour l’irrigation, et la qualité de l’eau se dégrade, polluée par les eaux usées industrielles et municipales et les produits chimiques agricoles, avertit l’ONU, qui préconise des “solutions vertes”.

“Il n’y a tout simplement pas de temps à perdre”, a dit le président Temer dans son discours d’ouverture de la 8e édition du Forum prévu jusqu‘à 23 mars dans la capitale brésilienne.

“Il y a un consensus”, a ajouté le chef de l’Etat, “la vie sur Terre est menacée si nous ne respectons pas les limites de la nature”.

Près de 40.000 personnes assistent au Forum, dont une quinzaine de chefs d’Etats, 300 maires de villes du monde entier, et plusieurs dizaines de scientifiques et de militants écologistes.

Le forum se réunit à l’heure où de grandes villes, comme celles du Cap, font face à un manque dramatique d’eau. La métropole sud-africaine a été menacée de coupure d’eau courante dans les prochains mois à cause de la sécheresse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.