DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : cinq choses à savoir sur la réélection de Vladimir Poutine

Vous lisez:

Russie : cinq choses à savoir sur la réélection de Vladimir Poutine

Taille du texte Aa Aa

Quatrième mandat pour Vladimir Poutine

Le président russe sortant a été réélu avec 76,67% des voix ce dimanche après le décompte de 99,80% des bulletins de vote selon une annonce ce lundi de la Commission électorale russe. C'est le meilleur résultat de Vladimir Poutine en 18 ans de pouvoir.

Vladimir Poutine a battu son score lors de la précédente élection de 2012 de pratiquement 13 points. Toujours selon la Commission électorale, la participation s'est élevée à 67,4%, soit légèrement supérieure à celle de 2012 (65%),

Le candidat du Parti communiste Pavel Groudinine est arrivé en seconde position avec 11,79% des voix. L’ultranationaliste Vladimir Jirinovski, à 5,66%, s’est placé troisième devant la journaliste proche de l'opposition libérale Ksénia Sobtchak (1,67%).

Ce quatrième mandat de Vladimir Poutine devrait être son dernier, celui-ci jugé “ridicule” l'idée d'être à nouveau candidat en 2030 en raison de son âge.

Soupçons de fraude

L'opposition russe, et en premier lieu le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, interdit de participation au scrutin et qui avait appelé au boycott, ont accusé les autorités de nombreuses fraudes, en bourrant les urnes ou en organisant le transport massif d'électeurs vers les bureaux de vote, pour gonfler le taux de participation par exemple.

"La victoire de Poutine avec plus de 70% a été décidée d'avance", a expliqué à la presse l'opposant, qui a prévenu qu'il continuerait à appeler à des manifestations, "seul moyen de mener une lutte politique en Russie".

A l'issue du scrutin, le candidat du parti communiste Pavel Groudinine a déclaré que cette éléction était "la plus sale" de ces dernières années. Il a également affiché son soutien à Alexeï Navalny et ses actions pour mettre en avant les irrégularités.

L'ONG Golos, spécialisée dans la surveillance des élections, a dressé sur son site internet une carte des fraudes faisant état de plus de 2 900 irrégularités, tels que bourrages d'urnes, votes multiples ou entraves au travail des observateurs.

L'ancien consultant de la NSA Edward Snowden, réfugié en Russie après ses révélations sur la surveillance massive aux Etats-Unis, a diffusé sur Twitter une vidéo montrant ce qu'il présente comme un bourrage d'urne.

"Exigez la justice. Exigez des lois et des tribunaux qui ont un sens. Reprenez en main votre avenir" - Edward Snowden

Première déclaration publique de Vladimir Poutine sur l'affaire Skripal

Lors d'une conférence de presse organisée après l'annonce officielle de la victoire de Vladimir Poutine notre correspondante à Moscou a demandé au président réélu ce qu'il comptait faire après l'empoisonnement de l'ancien espion russe Sergueï Skripal au Royaume-Uni. Voici sa réponse :

"La Russie ne possède pas de tels agents innervants. Nous avons détruit toutes nos armes chimiques sous la supervision des organisations internationales. Et nous l'avons fait les premiers ; ce n'est pas comme nos partenaires qui avaient promis de le faire mais qui malheureusement n'ont pas tenu leurs promesses. Donc, nous sommes prêts à coopérer. Nous sommes prêts à prendre part aux enquêtes nécessaires mais pour cela il faut que l'autre partie en exprime le désir. Or, nous ne le voyons pas pour l'instant. Mais nous ne retirons pas notre offre, des efforts conjoints sont possibles. Je pense que toute personne sensée comprendrait que ce serait du grand n'importe quoi pour la Russie de s'embarquer dans une telle escapade à la veille de l'élection présidentielle et de la coupe du monde de football, c'est absurde."

La Crimée se prononce à plus de 90% en faveur de Vladimir Poutine

La date de cette présidentielle, fixée le 18 mars, était hautement symbolique. Les autorités russes ont en effet choisi d'organiser le scrutin quatre ans jour pour jour après la ratification du rattachement de la Crimée, à l'issue d'une opération militaire et d'un référendum jugé illégal par Kiev et les Occidentaux.

Plus de 1 200 bureaux de vote avaient ouvert en Crimée. Vladimir Poutine a obtenu un résultat avoisinant les 92% dans la péninsule annexée en 2014.

En représailles à la tenue de la présidentielle en Crimée, Kiev a empêché le vote des Russes résidant en Ukraine. Des dizaines de policiers, ainsi que des militants nationalistes, ont bloqué dimanche l'accès aux consulats russes dans plusieurs grandes villes, suscitant la colère de Moscou.

L'Union européenne et la France, entre autres, qui n'ont pas entériné l'annexion de la Crimée après le référendum de mars 2014, ont indiqué ce dimanche qu'elles ne reconnaissaient pas la tenue de l’élection présidentielle russe dans ce territoire.

Le plus mauvais résultat du parti communiste russe

Le Parti communiste de la Fédération de Russie a enregistré ce dimanche son plus mauvais score à une présidentielle. La candidature de Pavel Groudinine, un homme d'affaire qui a fait fortune dans l’agriculture et qui n'a pas sa carte au PC, a recueilli à peu moins de 12%. Lors des précédentes présidentielles, le candidat communiste "historique" Gennady Zyuganov était également arrivé en seconde position avec 17,18% des voix.

- Avec AFP -