DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Venezuela: un avocat opposant à Maduro fuit en Colombie

Vous lisez:

Venezuela: un avocat opposant à Maduro fuit en Colombie

Taille du texte Aa Aa

Un avocat vénézuélien, assigné à résidence depuis 2014 pour avoir critiqué le président Nicolas Maduro, a fui en Colombie, a-t-il annoncé dimanche sur Twitter.

Marcelo Crovato, 51 ans, considéré par l’opposition comme un “prisonnier politique”, a fait part auprès de médias locaux de son émotion après son arrivée en Colombie. Il a l’intention de gagner ensuite l’Argentine, pays dont il a également la nationalité.

L’avocat avait été interpellé le 22 avril 2014 à son domicile, pendant les manifestations visant à demander le départ de M. Maduro, et qui avaient fait 43 morts. Il collaborait à l‘époque avec l’ONG de défense des droits de l’Homme Foro Penal, pour assurer la défense de manifestants emprisonnés.

Accusé d’entrave à la circulation, désobéissance, intimidation publique et association de malfaiteurs, il avait passé 10 mois en détention, avant d‘être assigné à résidence pour raisons de santé.

Le gouvernement argentin avait demandé à plusieurs reprises sa remise en liberté. Pour Amnesty International, son cas relevait d’une “détention arbitraire”.

M. Crovato est le deuxième opposant à fuir en Colombie, après l’ex-maire de Caracas Antonio Ledezma, figure de l’opposition vénézuélienne qui se trouvait en résidence surveillée pour conspiration présumée contre le gouvernement de Nicolas Maduro. M. Ledezma s’est réfugié en novembre en Colombie, puis en Espagne.

L’ex-procureur général du Venezuela, Luisa Ortega, s‘était réfugiée l’an dernier en Colombie.

Selon l’ONG Foro Penal, 235 personnes sont détenues au Venezuela pour des raisons politiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.