DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Découvrez la frontière la plus complexe au monde

Vous lisez:

Découvrez la frontière la plus complexe au monde

Taille du texte Aa Aa

Bienvenue dans l’une des situations frontalières les plus complexes au monde. Nous voici à la limite entre les villages de Baarle-Duc en Belgique et Baarle-Nassau aux Pays-Bas.

La vile Belge de Baarle-Duc est constituée de 22 enclaves. Autant de petits morceaux de terre entourés de territoires néerlandais. La ville hollandaise, est-elle faite de huit exclaves, dont sept sont enclavées à l’intérieur des enclaves belges en territoire hollandais.

Vu le niveau de complexité, les frontières ont été dessinées sur le sol. Si vous décidez de les suivre, vous réalisez qu’elles sillonnent les rues, les parcs et même les pièces à vivre des habitants. Dans ce cas, c’est la localisation de la porte d’entrée qui sert à déterminer dans quelle pays se trouve une habitation.

Mme Van Gool, qui a vécu toute sa vie dans la partie néerlandaise, explique que la contrebande a toujours été forte dans la région. On dit que dans le passé les femmes cachaient du beurre sous leurs vêtements, car elles ne pouvaient pas être fouillées par les hommes de la police… Jusqu’à ce que la police s’équipe de radiateurs pour faire fondre le beurre sous leurs vêtements.

Ces frontières ont aujourd’hui encore un impact sur la vie des gens. Par exemple, le pain belge est meilleur, assure Mme Van-Gool, mais les prix de l’essence et de la nourriture sont moins élevés aux Pays-Bas. Résultat : il n’y a même pas un seul supermarché côté belge, mais il y a des boulangeries.

Alors que les résidents parviennent à vivre en harmonie, gouverner cette joyeuse pagaille administrative est une toute autre affaire. Les deux maires rêvent d’une réunification pour le bien-être de leurs habitants.

“Ce serait magnifique que les deux conseils municipaux, de deux pays différents deviennent une seule et même entité européenne. Mais cette idée reste, dans les faits, une utopie”, regrette Marjon De Hoon-Veelenturf, la maire néerlandaise de Baarle Nassau.

“Nous ne la verrons sûrement jamais se réaliser. C’est pour l’instant légalement impossible”, confirme Leo van Tilburg, le maire de la commune belge de Baarle-Duc. “Et si cela arrivait, ce que je souhaite de tout cœur, certaines sensibilités culturelles pourraient refaire surface”.

Pour l’instant, l’important pour les deux mairies est d’approfondir leur collaboration. Une discussion permanente sur le traitement des eaux, l’éclairage public, la voirie. Pour ne pas revivre la situation dans laquelle une mairie décide de paver une route alors que l’autre l’avait bétonnée.