DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'attaque de 2007 en Syrie: un message pour les ennemis d'Israël

Vous lisez:

L'attaque de 2007 en Syrie: un message pour les ennemis d'Israël

Taille du texte Aa Aa

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a affirmé mercredi qu’en admettant pour la première fois avoir attaqué un présumé réacteur nucléaire secret en Syrie en 2007, Israël avait adressé un message à tout le Moyen-Orient.

“La puissance de notre armée, de notre aviation et de nos capacités de renseignements s’est fortement renforcée par rapport à 2007. Cette équation, chacun au Moyen-Orient a intérêt à en tenir compte”, a prévenu M. Lieberman dans un communiqué.

“Si nous n’avions pas agi, nous aurions aujourd’hui une Syrie nucléaire”, a ajouté le ministre de la Défense.

Le ministre chargé des services de renseignements Yisrael Katz a affirmé sur son compte Twitter que l’opération menée en 2007 avait permis de “faire comprendre qu’Israël ne permettrait jamais que l’arme nucléaire tombe dans les mains de ceux qui menacent son existence: la Syrie hier, l’Iran aujourd’hui”.

Il ne faisait guère de doute depuis longtemps qu’Israël était derrière l’audacieux raid en territoire ennemi contre le site Al-Kibar, dans la province syrienne de Deir Ezzor (est), dans la nuit du 5 au 6 septembre 2007.

Mais c’est la première fois qu’Israël assume ouvertement la responsabilité de l’attaque, publiant à cette occasion des documents tout juste déclassifiés.

Cette reconnaissance coïncide avec une multiplication de mises en garde de la part d’Israël contre le renforcement de la présence militaire iranienne dans la Syrie en guerre, et d’appels à corriger ou annuler l’accord conclu par les grandes puissances avec l’Iran sur les activités nucléaires de la République islamique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.