DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nigeria: 76 étudiantes de Dapchi libérées par Boko Haram

Vous lisez:

Nigeria: 76 étudiantes de Dapchi libérées par Boko Haram

Taille du texte Aa Aa

Au moins 76 des 110 écolières enlevées le 19 février par des militants islamistes de Boko Haram à Dapchi, dans le nord du Nigeria, ont été ramenées mercredi matin à leur école par leurs ravisseurs, a affirmé le gouvernement nigérian.

“Les efforts du président Muhammadu Buhari épaulé par les services de sécurité pour ramener les filles enlevées à Dapchi ont porté leurs fruits”, selon un communiqué du ministère de l’Information, qui souligne que 76 élèves ont été pour l’instant enregistrées et sont actuellement entre les mains des services de sécurité avant d‘être ramenées dans leur famille.

Selon les habitants de la petite ville de l’Etat de Yobe (nord-est), “elles n‘étaient accompagnées d’aucune force de sécurité. Leurs ravisseurs les ont juste déposées et sont partis, sans parler a personne”, a expliqué Bashir Manzo, qui dirige une association d’aide aux parents des jeunes filles enlevées.

Des combattants présumés de la faction de Boko Haram affiliée au groupe de l’Etat Islamique avaient mené le 19 février un raid sur le pensionnat de l‘école pour filles de Dapchi (Etat de Yobe) et étaient repartis avec 110 jeunes filles âgées de 10 à 18 ans.

Aisha Alhaji Deri, 16 ans, qui a été enlevée, a confié à l’AFP qu’elles n’ont “jamais été maltraitées” pendant leur captivité. “Le jour du kidnapping, cinq d’entre nous sont mortes”, explique l’adolescente.

“Quand ils nous ont relâché, ils nous ont dit d’aller directement à la maison et pas chez les militaires, parce qu’ils diront que ce sont eux qui nous ont sauvées”, a ajouté la jeune fille avant d‘être récupérée par l’agence de renseignement nigériane, la DSS, pour “vérification”.

Mardi, Amnesty International a accusé l’armée nigériane d’avoir été informée des déplacements de combattants dans la région de Dapchi juste avant ce kidnapping de masse, mais de n’avoir pas réagi à temps.

Ce drame s’est déroulé dans des circonstances quasi identiques au kidnapping de Chibok, en avril 2014, où plus de 200 lycéennes ont été enlevées déclenchant une vague d‘émotion mondiale. Une centaine d’entre elles se sont échappées ou ont été libérées aux termes de négociations avec le gouvernement.

Selon les experts, les rançons versées et les prisonniers libérés, en échange de la libération d’une centaine de lycéennes de Chibok, ont pu motiver Boko Haram à commettre un nouveau enlèvement de masse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.