DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pays-Bas: les municipales éclipsées par un référendum sur les services de renseignement

Vous lisez:

Pays-Bas: les municipales éclipsées par un référendum sur les services de renseignement

Taille du texte Aa Aa

Des files d’attente se sont formées dans les bureaux de vote aux Pays-Bas mercredi pour les élections municipales, vote test pour l’extrême droite, alors que les Néerlandais s’expriment également sur une loi qui vise à élargir les pouvoirs des services de renseignement.

Depuis l’ouverture de la plupart des bureaux de vote à 07h30 (06H30 GMT), des millions d‘électeurs se succédaient dans les isoloirs aux quatre coins du pays pour choisir les conseillers municipaux des 380 communes.

Les premiers résultats sont attendus peu après 21h00 (20H00 GMT), heure de fermeture de la plupart des bureaux de vote.

Si les élections municipales revêtent un enjeu important pour l’extrême droite, courant principal de l’opposition au gouvernement libéral de Mark Rutte, le débat politique est dominé par le référendum consultatif qui se déroule le même jour.

La loi, qui doit entrer en vigueur le 1er mai, confère aux services de renseignements généraux et de sécurité néerlandais (AIVD) des pouvoirs étendus sur la toile, notamment en leur ouvrant l’accès aux données des internautes dans le cadre d’enquêtes sur des activités jihadistes.

Jugé nécessaire par les uns et liberticide par les autres, le texte divise et fait couler beaucoup d’encre.

- Sécurité nationale –

Des organisations de défense des droits de l’Homme craignent que des données privées n’ayant aucun rapport avec les enquêtes en cours ne soient récupérées par les services de renseignement en marge de leurs investigations.

“Je vote contre la nouvelle loi car je crains que mes données personnelles soient vues par tout le monde”, a déclaré à l’AFP Andrea Vonk, 77 ans, habitante du quartier balnéaire de Scheveningen, à La Haye, qui s’est rendu dans un bureau de vote installé à bord d’un tram.

Les partisans du texte louent au contraire une plus grande capacité des services de sécurité à surveiller les groupes dangereux tels que les organisations jihadistes.

“Cette loi est pour la sécurité des Pays-Bas et de sa population”, a déclaré à la télévision publique NOS le directeur de l’AIVD Rob Bertholee, ajoutant qu’il “votait pour”.

Mark Rutte a également glissé dans l’urne un bulletin favorable à la loi, mais s’est dit prêt à revoir le texte en cas d’une victoire écrasante du “non”.

Selon les derniers sondages, 53% des électeurs devraient soutenir le projet de loi, a indiqué l’agence de presse néerlandaise ANP.

- Test local pour l’extrême droite –

A l’occasion des élections, l’homme fort de l’opposition aux Pays-Bas, le député anti-islam Geert Wilders espère étendre sa toile et assurer son ancrage au niveau local.

Actuellement représenté dans les municipalités de La Haye et Almere (nord), son Parti pour la liberté (PVV) a des candidats dans trente communes du pays, du nord au sud.

“Les partis de droite ont remporté les élections nationales de 2017 principalement en raison de la faible attractivité de la gauche, ce qui n’a pas changé”, analyse Ruud Koole, professeur de sciences politiques à l’université de Leiden (ouest).

Mais l‘électorat de droite et d’extrême droite s’effrite. Le PVV est confronté à la concurrence directe du Forum pour la démocratie, petit parti émergent dirigé par le charismatique Thierry Baudet qui pourrait bien attirer les électeurs plus jeunes, plus conservateurs et plus éduqués.

M. Baudet, juriste de formation et adepte d’un style de débat peu orthodoxe au Parlement, a remporté deux sièges lors des dernières élections législatives.

Son parti ne présente cependant que des candidats aux municipalités d’Amsterdam et Rotterdam.

Pendant ce temps, deux jeunes âgés de 14 ans figurent également sur les listes électorales. S’ils sont élus, ils devront cependant attendre leur 18 ans pour pouvoir occuper leur siège de conseiller municipal.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.